Informations

Pourquoi le droit de l'abdomen n'est pas un muscle proximal ?


Je pense à cette image qui montre des muscles proximaux.

Pourquoi, par exemple, le grand pectoral, le sous-clavier et le droit abdominal ne sont pas inclus dans les muscles proximaux ?


Ce que "proximal" signifie dans ce contexte n'est pas clair. Ce n'est pas une utilisation standard de ce terme anatomique en anglais. Je dirais aussi que la figure de gauche montre en fait le grand pectoral.

L'auteur de cette figure essaie peut-être de montrer les muscles qui traversent les articulations proximales des membres supérieurs et inférieurs. Par exemple:

Membre supérieur

  • Grand pectoral
  • Biceps brachial
  • Triceps brachial
  • Grand dorsal

Membre inférieur

  • Adducteurs (brevis, longus, magnus)
  • Droit fémoral
  • Semimembranosus, semitendinosus, biceps femoris (tête longue)
  • Fessiers (maximus, medius, minimus)

Les muscles qui ne croisent pas l'épaule ou la hanche ne sont pas inclus. Ceci explique l'absence de rectus abdominis ou subclavius. Bien qu'il ne soit pas clair pour moi quels muscles appariés dans la vue postérieure courent cranio-caudal du thorax à la région fessière.


Le droit de l'abdomen, notre « muscle de Cendrillon »

Je suis une fille qui aime la mode. Je suis une telle Cendrillon [ Figure 9-1 ] - J'adore mettre une belle robe et des talons. C'est marrant!

—Maria Bello, actrice et écrivaine américaine, de Norristown, Pennsylvanie.

PAS TOUJOURS LES TRAINS MINEURS

C'était juste une tension mineure. Rien de sérieux.

L'ajustement du rectus abdominis de Ryan Zimmerman des Nationals de Washington au cours de l'entraînement du printemps 2011 n'était pas censé être tout. Jusqu'à ce qu'il le soit.

En replongeant dans la deuxième base au cours de la première semaine de la saison régulière, Zimmerman a fait plus que simplement aggraver la zone. Il l'a déchiré. Après un mois de traitement et un peu de repos, Zimmerman souffrait encore suffisamment pour qu'à la mi-mai de la même année, les chirurgiens réparent la déchirure. 1

Figure 9-2. (A) Représentation d'artiste du muscle droit de l'abdomen. (B) Grand droit de l'abdomen chez un modèle masculin.

La plupart des gens connaissent le rectus abdominis comme le groupe musculaire qui comprend le pack de 6 (Figure 9-2). Les athlètes aiment avoir de beaux abdominaux, mais ils préfèrent avoir une collection de muscles droits de l'abdomen qui leur permet de se fendre, de piquer, de plonger, de tirer et d'exécuter un menu d'autres fonctions importantes qui impliquent l'extension du corps. Zimmerman est revenu à l'action et est en bonne santé depuis. Mais rien ne garantit que quelqu'un qui joue au baseball et qui plonge constamment pour arrêter les balles durement frappées sera indolore pour toujours.

Et il a beaucoup de compagnie.

Il avait arraché le muscle de la plaque pubienne (c'est-à-dire la couverture de la base-ball pubienne, voir les figures 8-4 et 8-5). Le muscle s'était contracté vers le haut et l'extrémité saignante a provoqué un gros hématome proximal.

Oui, la plupart des souches du droit de l'abdomen n'ont pas de conséquences néfastes. Mais vous feriez mieux de garder les yeux ouverts pour les blessures les plus graves. Mettez vos antennes en place pour tout ce qui est inhabituel ou si la douleur dure plus de quelques jours. Ces blessures peuvent être graves et invalidantes. Avec un diagnostic et un traitement précis, presque tous sont hautement réparables (Figure 9-3).

De notre pratique clinique, nous avons un certain nombre d'autres cas illustratifs à partir desquels nous aurions pu choisir de commencer ce chapitre. Des cas dramatiques de rectus abdominis arrachant l'os pubien affectent divers types d'athlètes et de gens de tous les jours, des cavaliers de taureaux aux débutants P90X. Vous avez peut-être vu la célèbre vidéo ESPN du merveilleux modèle de baseball Nomar Garciaparra tombant à genoux de douleur en sprintant hors de la surface du frappeur, ou connaissez une star de Manchester United qui a soudainement basculé au sol de douleur à une touche temps dans le match. Ou peut-être avez-vous entendu parler de Jack Sock, le prodige du tennis américain au service énorme, qui a eu de tels problèmes d'abdomen au début de sa carrière.

Vous ne connaissez probablement pas la jeune femme de Philadelphie qui s'est arrachée les muscles abdominaux en ramassant 2 caisses de bière, ou les 20 soldats aux muscles droits abdominaux fortement arrachés après un concours de sit-up dans une base de l'armée américaine. Nous avons beaucoup de telles histoires. Le fait est que les blessures aux muscles abdominaux se produisent tous les jours dans l'athlétisme et la vie de routine. Certains d'entre eux s'améliorent et d'autres non.

Alors, qu'est-ce que les personnes gravement blessées peuvent avoir en commun les prédisposant à de tels problèmes ? Une chose principale: ils travaillent trop dur leurs abdomens. Ils peuvent le faire volontairement (p. , danseurs, plongeurs). Sans aucun doute, les mêmes forces répétitives exercées sur les muscles droits de l'abdomen peuvent souvent avoir de graves conséquences, elles provoquent suffisamment d'usure pour vous prédisposer à quelque chose de mal.

9-3. Hématome du droit de l'abdomen provenant d'une lésion de la plaque pubienne. Le muscle de ce joueur de troisième but des ligues majeures s'était arraché de la plaque 6 semaines auparavant et le moignon musculaire proximal avait saigné dans la substance du muscle. (A) Image d'agitation coronale d'un hématome bien organisé à plusieurs pouces au-dessus de la plaque. (B) Image sagittale T2 montrant le tractus vers le même hématome d'où le muscle s'est arraché de la plaque.

Vous pouvez probablement facilement deviner quels sports ou quelles positions spécifiques au sein du sport rendraient quelqu'un le plus vulnérable aux avulsions isolées du droit de l'abdomen. Pensez-y? Le rectus abdominis fléchit principalement l'abdomen avec la poitrine.

Choisissez des sports ou des positions qui impliquent beaucoup de flexion et d'extension. Vous l'avez compris : les joueurs de tennis avec de gros services, les joueurs de troisième but, les rameurs, les cavaliers… La liste est longue. Bien sûr, vous pouvez obtenir ces larmes dans la plupart des sports. Le fait est que certaines activités vous rendent plus vulnérable à ces blessures spécifiques. Et quand il s'agit d'abdos, la plupart des gens qui essaient de rester en forme les maltraitent. Les soldats mentionnés précédemment sont des exemples suprêmes.

Nous aimons appeler le rectus abdominis le "muscle de Cendrillon" parce qu'il est considéré comme si beau mais que les demi-soeurs méchantes adorent en abuser.

CE QUI EST ÉVIDENT DE CE M USCLE

Le droit de l'abdomen est probablement le plus important de nos muscles abdominaux.

Ce n'est peut-être pas le plus fort. Mais c'est tellement important pour l'équilibre et l'athlétisme. Il relie le haut du corps au bas du corps, il dirige le mécanisme qui exploite notre pouvoir central et semble même avoir une connexion directe avec le cerveau. C'est beau, humble et sous-estimé. Alors que le monde peut reconnaître sa beauté, il peut ne pas apprécier sa grâce ou son importance. C'est pourquoi le monde abuse régulièrement du muscle droit de l'abdomen.

La figure 9-3 montre quelques détails subtils sur le muscle droit de l'abdomen. À l'extrémité supérieure, il se mêle à la cage thoracique. Sur les côtés, il se confond avec les obliques et en bas, il se joint à la plaque pubienne, qui se fixe à l'os pubien et au reste du harnais. Il forme la partie supérieure du harnais.

Considérez le droit de l'abdomen comme ayant 3 parties :


  1. La partie supérieure où il se confond avec les côtes
  2. La partie médiane, qui devient extrêmement importante dans certains sports (par exemple, plongeon, tennis, gymnastique)
  3. La partie inférieure, une partie clé, le connecteur aux cuisses

Dans la plupart des sports, mais pas tous, la partie inférieure met le plus de travail. Pensez au football et au football américain. En revanche, l'aviron travaille plus la partie haute.

C'est à la mort prématurée de cet homme bon, cependant, que la vraie nature de la belle-mère a été révélée : froide, cruelle et amèrement jalouse du charme et de la beauté de Cendrillon, elle était farouchement déterminée à défendre les intérêts de ses deux filles maladroites. Ainsi, au fil du temps, le château tomba en ruine, car les fortunes familiales étaient dilapidées sur les demi-sœurs vaniteuses et égoïstes tandis que Cendrillon était maltraitée, humiliée et finalement forcée de devenir domestique dans sa propre maison. Et pourtant, à travers tout cela, Cendrillon est restée toujours douce et gentille, car à chaque aube, elle a trouvé un nouvel espoir qu'un jour ses rêves de bonheur se réaliseraient.

— Giambattista Basile, Pentamerone (1634) et les contes de fées de Grimm (1812)

Le mot Cendrillon en est venu, par analogie, à désigner une personne dont les attributs n'étaient pas reconnus et qui obtient de manière inattendue une reconnaissance ou un succès après une période de négligence. Il en est ainsi pour le muscle droit de l'abdomen. Il est temps que ce muscle brille. Bien sûr, Cendrillon était belle, mais nous parlons de la façon dont elle a été maltraitée. Si cet abus continuait, elle finirait par perdre sa beauté. Heureusement, elle a été reconnue pour ses forces et a été sauvée.

Bien sûr, nous savons tous que le droit de l'abdomen est magnifique. Les « abdos de six packs » dominent la culture du fitness : « 30 jours pour les abdominaux de 6 paquets », « Les 6 meilleurs exercices pour les abdominaux de 6 paquets », bla, bla, bla. 2 Regardez la figure 9-2B. Beau? Oui. Sujet à des abus ? Avec certitude.

Regardez d'un peu plus près et remarquez que le pack de 6 ne commence vraiment qu'au niveau du nombril. Pensez-vous que c'est par hasard ? A noter l'absence de plis sous le nombril. Il y a des fins à ces subtilités de notre anatomie. Nous ne connaissons pas encore toutes les raisons des subtilités, mais nous apprenons beaucoup de choses importantes. La raison probable de l'absence relative de plis sous l'ombilic a probablement quelque chose à voir avec le fait qu'il s'agit de la partie supérieure du harnais du noyau. Pensez à ce qui se passe dans un sit-up. Plus vous utilisez la moitié inférieure de l'abdomen, plus le haut de votre corps atteint le sol. Vous avez besoin de cette partie de l'abdomen pour s'aplatir. Lorsque vous atteignez le haut du sit-up, votre tête et votre poitrine se plient beaucoup plus, créant un «besoin» anatomique de plis.

Le muscle droit de l'abdomen présente de nombreuses subtilités. Peu de gens les apprécient. D'ailleurs, peu de gens apprécient le muscle dans son ensemble dont on abuse.

Cette histoire concerne le muscle Cendrillon du noyau. C'est important. C'est gracieux. Nous devons le traiter avec douceur et respect. Sinon, nous le perdrons. Tout comme la première morale de l'histoire de Cendrillon : pensez à la beauté comme un trésor mais à la grâce comme inestimable. Sans elle, rien n'est possible avec elle, on peut tout faire.

Le monde du fitness se concentre sur les abdominaux en pack de 6, ce qui rend ces muscles assis plus beaux. Le monde croit que plus on fait de redressements assis, plus on fait d'exercices du rectus abdominis, plus ces abdos deviennent beaux. Ce que le monde ne reconnaît pas, c'est toute l'usure que tout ce travail provoque et les blessures auxquelles ce muscle soumet ce muscle. Le monde du fitness – les instructeurs de fitness personnels, le monde du sport, même l'armée – n'est pas près de saisir les dommages causés par ces abus continus.

Le nombre massif de redressements assis recommandés par les «experts du fitness», les appareils d'exercice pour abdominaux, les magazines de fitness avec toutes les photos, ils alimentent tous une culture de luxure, de cupidité, d'ignorance et d'abus de ce muscle. Si vous repartez avec un thème de ce livre, repartez avec ce thème : la luxure peut être d'accord, tant que vous protégez le muscle droit de l'abdomen.

Nous devons protéger notre Cendrillon.

Le muscle droit de l'abdomen n'appartient à aucune spécialité médicale. Si l'on devait identifier un médecin spécialiste qui « possède » ou connaît le mieux ce muscle, ce serait le chirurgien généraliste. Mais la base de connaissances du chirurgien généraliste concernant ce muscle est peu profonde. Pendant des années, les chirurgiens ne l'ont considéré que comme une partie de la paroi abdominale qui retient les entrailles. Ils ont débattu de choses « importantes » comme s'il était préférable de le couper transversalement ou verticalement, et bien sûr, ce grand mystère médical n'a jamais été résolu.

Les chirurgiens généralistes n'ont jamais parlé de l'importance ou de la fonction de ce muscle en termes de forme physique ou de santé. Le chirurgien général considère le muscle par rapport à la survenue de certains types de hernies, définies comme des protubérances à travers la paroi abdominale. Ils prêtent attention aux tumeurs occasionnelles qui se produisent ici, en particulier celles qui doivent être excisées, comme les desmoïdes et les sarcomes plus agressifs. Le fait demeure : les chirurgiens généralistes, et essentiellement tous les médecins spécialistes d'ailleurs, considèrent le muscle droit de l'abdomen simplement comme l'un des muscles qui empêchent l'intérieur du ventre de tomber. C'est ça.

Alors, vous avez déjà entendu l'histoire de Cendrillon. Pensez au muscle droit de l'abdomen comme incroyable, qu'il le fait tellement, qu'il est tellement, tellement beau. Et que nous avons encore tellement à apprendre à ce sujet.

Anatomiquement, le muscle est assez variable, ayant parfois 2 têtes dans sa face distale et parfois 3, et parfois associé distalement à un autre muscle appelé pyramidalis (voir Figure 7-13). Le rectus abdominis se joint aux côtes de manière complexe. Il fait des choses aussi subtiles que abriter certaines branches nerveuses sensorielles intercostales qui peuvent causer une grande douleur. Le muscle fournit une bobine et un ressort étonnants qui s'adaptent bien au saut, à l'extension et à la flexion. Pensez à sa fonction pour les plongeurs, les gymnastes et les danseurs de ballet.

Le muscle est si important dans le mécanisme du harnais. Il fournit une certaine force, mais pas autant qu'on lui attribue le mérite, mais dirige la puissance de tous les muscles qui lui sont adjacents, comme les muscles latéraux et dorsaux. Il exploite la force de ces muscles afin que nous l'utilisions efficacement. Dans un sens, il fournit également à la fois la bride et le harnais pour le contrôle de cette force. Ce muscle est super important pour le concept harnais/« articulation pubienne ». C'est aussi le grand communicateur du noyau au cerveau en matière d'activité sportive. Pensez-y. Si vous sprintez fort et que vous souhaitez soudainement vous déplacer vers la droite ou la gauche, quels muscles votre cerveau demande-t-il en premier à se tendre en premier ? C'est sans doute le rectus abdominis, et alors le cerveau lui demande de se coordonner avec le reste du mécanisme du harnais et les adducteurs. Les IRM montrent que le droit de l'abdomen s'atrophie également rapidement en réponse à une blessure ou à une non-utilisation. Ce dernier fait fournit un témoignage supplémentaire et une preuve circonstancielle de l'utilisation habituelle de ce muscle et de son importance.

Ajoutez à cette base de connaissances que ce muscle est facilement blessé par une utilisation excessive ou trop de force, généralement par une hyper-extension abdominale ou une hyper-abduction de la cuisse.

En raison de sa relation intime avec l'os pubien et les cuisses, nous avons vu de multiples problèmes liés au muscle droit de l'abdomen. Le plus souvent, les problèmes surviennent en association avec les structures osseuses et musculaires adjacentes. Pour l'instant, considérons certains des syndromes que nous avons identifiés et qui sont relativement isolés du muscle droit de l'abdomen.

Nous voyons cela si souvent maintenant du côté de la blessure primaire. La présomption est que le manque de connexion à la plaque pubienne ou la douleur, ou les deux, conduit à éviter d'utiliser le muscle. L'atrophie est une constatation régulière avec le filet utilisé dans les réparations des hernies. D'une manière ou d'une autre, le treillis fibrose et fixe le muscle sous-jacent ou sus-jacent, le rendant moins mobile ou fonctionnel. Il existe un débat pour savoir si le côté dominant ou non dominant abrite le plus grand droit de l'abdomen dans les sports dominants des membres supérieurs, tels que le baseball ou le tennis. Un article atteste que le côté non dominant est plus important chez les joueurs de tennis. 3 Nous avons vu des différences dramatiques dans la taille du droit de l'abdomen chez les athlètes, mais d'une manière beaucoup plus imprévisible que ce document ne le suggère. Et dans notre expérience clinique, le côté dominant semble être plus large, sauf en cas de blessure (Figure 9-4).

Figure 9-4. Atrophie du droit de l'abdomen chez un footballeur professionnel de 24 ans souffrant de douleurs adducteurs droits. Nous supposons que le décollement abdominal était l'événement principal conduisant à la séparation de la plaque pubienne et à la lésion des adducteurs. Cette image IRM sensible à la graisse montre une atrophie et un remplacement graisseux du muscle droit inférieur droit de l'abdomen.


Déchirure du muscle droit de l'abdomen diagnostiquée à l'échographie et sa gestion conservatrice

Il s'agit d'un cas rare de déchirure post-traumatique du muscle droit de l'abdomen chez une adolescente diagnostiquée par échographie (US). Une gestion conservatrice est également décrite.

Méthodes

Une femme de 14 ans s'est présentée à une clinique chiropratique avec une douleur et une sensibilité extrêmes dans le quadrant inférieur droit (RLQ) après des sauts post-plyométriques à genoux. Le mouvement a aggravé sa douleur et elle a démontré une protection abdominale active avec la palpation RLQ. L'échographie a révélé une déchirure subaiguë du muscle droit de l'abdomen droit de grade 2, sans signe d'hyperémie ni d'hématome. Suite au diagnostic d'une déchirure du muscle grand droit de l'abdomen, elle a été traitée par manipulation vertébrale et une cure de rééducation musculo-squelettique visant à stabiliser le tronc.

Résultats

Après le traitement, le patient a pu retourner jouer 5 semaines après la blessure sans aucune douleur ni inconfort. Une échographie de suivi à 3 mois a mis en évidence une cicatrisation musculaire sans complications.

Conclusion

Ce cas démontre le diagnostic d'une rare déchirure du muscle droit de l'abdomen gérée de manière conservatrice. À notre connaissance, moins d'une douzaine de cas sont rapportés en utilisant l'échographie dans l'évaluation et le diagnostic d'une déchirure du droit de l'abdomen.


Relation anatomique et mécanique entre l'attache proximale du long adducteur et la gaine distale du droit †

Cet article a été publié en ligne le 14 juin 2012. L'affiliation de P.J. Barker a été mal fournie et a été mise à jour. Cet avis est inclus dans les versions en ligne et imprimées pour indiquer que les deux ont été corrigés.

Connexion institutionnelle
Connectez-vous à la bibliothèque en ligne Wiley

Si vous avez déjà obtenu l'accès avec votre compte personnel, veuillez vous connecter.

Acheter un accès instantané
  • Consultez le PDF de l'article et les éventuels suppléments et chiffres associés pendant une durée de 48 heures.
  • L'article peut ne pas être imprimé.
  • L'article peut ne pas être téléchargé.
  • L'article peut ne pas être redistribué.
  • Visualisation illimitée de l'article PDF et des éventuels suppléments et figures associés.
  • L'article peut ne pas être imprimé.
  • L'article peut ne pas être téléchargé.
  • L'article peut ne pas être redistribué.
  • Visualisation illimitée de l'article/chapitre PDF et des éventuels suppléments et figures associés.
  • L'article/le chapitre peut être imprimé.
  • Article/chapitre téléchargeable.
  • L'article/le chapitre peut ne pas être redistribué.

Résumé

Les objectifs de cette étude étaient d'étudier la relation anatomique entre les muscles adducteurs proximaux (AL) et rectus abdominis et de déterminer si la charge unilatérale de AL entraîne une transmission de la contrainte à travers la symphyse pubienne antérieure à la gaine distale controlatérale du droit. Des dissections bilatérales ont été réalisées sur 10 cadavres embaumés. Le transfert de contrainte à travers la symphyse pubienne a été examiné sur sept de ces cadavres. Une contraction AL a été simulée en appliquant une charge contrôlée dans la direction de ses fibres tendineuses proximales, et la contrainte résultante dans la gaine distale controlatérale du droit a été mesurée à l'aide d'une micro-jauge de contrainte montée en surface de type feuille. Long adducteur attaché à la face antéro-inférieure du pubis. Dans 18 des 20 membres, l'attache proximale de l'AL était tendineuse à sa surface superficielle et musculaire à sa surface profonde. Le tendon proximal AL s'est avéré dans la plupart des cas avoir des communications secondaires avec des structures telles que la gaine controlatérale distale du droit, la capsule antérieure de la symphyse pubienne, le ligament ilio-inguinal et le tendon controlatéral proximal AL. Malgré ces observations anatomiques cohérentes, la contrainte mesurée dans la gaine du droit distal controlatéral lors de la mise en charge unilatérale de l'AL proximal variait considérablement entre les cadavres. La déformation mesurée avait une moyenne ± 1SD de 0,23 ± 0,43 %. L'attachement proximal de l'AL contribue à une voie anatomique à travers la symphyse pubienne antérieure qui est probablement nécessaire pour résister à la transmission de forces importantes lors d'activités sportives multidirectionnelles. Cette relation anatomique peut être un facteur pertinent pour expliquer la vulnérabilité apparente des attaches AL et rectus abdominis aux blessures. Clin. Anat. 2013. © 2012 Wiley Periodicals, Inc.


À quel os le droit de l'abdomen est-il attaché?

Les grand droit de l'abdomen le muscle est ci-joint au-dessus du processus xiphoïde du sternum et des marges costales des 5e, 6e et 7e côtes (principalement les fibres de la 5e côte).

Deuxièmement, où se trouve le muscle droit de l'abdomen ? Les muscle droit de l'abdomen est situé à l'avant du corps, commençant à l'os pubien et se terminant au sternum. Il est situé à l'intérieur de la région abdominale.

Sachez également, à quels os les muscles abdominaux s'attachent-ils ?

Oblique abdominale interne Les fibres musculaires irradient supéro-médialement et s'insèrent dans les bords inférieurs des trois travers de porc et leurs cartilages costaux, le processus xiphoïde, la linea alba et la symphyse pubienne.

A quelle partie de la hanche et à quelle partie du sternum le rectus abdominis s'attache-t-il ?

Les attaches proximales sont la crête pubienne et la symphyse pubienne. Ce attache distalement au niveau des cartilages costaux des côtes 5-7 et de l'apophyse xiphoïde de la sternum. Les grand droit de l'abdomen le muscle est contenu dans le rectus gaine, qui se compose des aponévroses des muscles abdominaux latéraux.


  1. Document à terme sur la signification des muscles humains
  2. Dissertation sur les types de muscles humains
  3. Dissertation sur les parties des muscles humains
  4. Document à terme sur l'architecture fasciculaire des muscles humains
  5. Document à terme sur la nomenclature des muscles humains

Dissertation # 1. Signification des muscles humains :

Le muscle est un tissu contractile et principalement conçu pour les mouvements.

Il ressemble à une souris avec leurs tendons représentant la queue. Tous les muscles sont développés à partir du mésoderme, à l'exception de l'arrector pilorum, des muscles de l'iris et des cellules myoépithéliales des glandes salivaires, sudoripares et lacrymales qui sont dérivés de l'ectoderme.

Dissertation # 2. Types de muscles humains :

Les muscles sont de trois types :

Ci-dessous, les caractères des trois muscles ci-dessus ont été décrits :

I. Muscles squelettiques (muscles rayés, striés, somatiques et volontaires) :

je. Les muscles squelettiques sont les plus abondants et se trouvent attachés au squelette.

ii. Ils présentent des stries croisées au microscope.

iii. Ceux-ci sont alimentés par les nerfs somatiques (cérébro-spinaux) et sont sous contrôle volontaire.

iv. Ils répondent rapidement aux stimuli et sont également capables de contractions rapides et se fatiguent facilement.

v. Il aide à ajuster l'individu à l'environnement externe.

vi. Ceux-ci sont sous le contrôle nerveux le plus élevé du cortex cérébral.

vii. Dans le muscle squelettique, chaque fibre musculaire est une cellule cylindrique multinucléée contenant des groupes de myofibrilles constitués de myosine, d'actine et de trapomyosine. Les myofilaments sont de véritables éléments centractiles.

Exemple- Muscles des membres et de la paroi du corps.

II. Muscles lisses (muscles unis, non striés, non striés, viscéraux et involontaires) :

je. Ces muscles entourent souvent les viscères.

ii. Ils ne présentent pas de stries croisées au microscope.

iii. Ceux-ci sont alimentés par les nerfs autonomes et ne sont pas sous contrôle volontaire (sympathique).

iv. Ils répondent lentement aux stimuli, étant capables de contractions soutenues et ne se fatiguent pas facilement.

v. Ils fournissent également la puissance motrice pour la digestion, la circulation, la sécrétion et l'excrétion.

vi. Celles-ci sont moins dépendantes du contrôle nerveux, capables de se contracter spontanément, automatiquement et souvent de manière rythmique.

vii. Dans les muscles lisses, chaque fibre musculaire est une cellule allongée en forme de fuseau, avec un seul noyau placé au centre. Les myofibrilles présentent des stries longitudinales, par exemple les muscles des vaisseaux sanguins et les muscles G.I.T., G.U.T., arrectorpili de la peau.

je. Il forme le myocarde du cœur.

ii. Ils sont de structure intermédiaire, striés et involontaires.

iii. Ceux-ci sont destinés aux contractions automatiques et rythmiques.

iv. Dans les muscles cardiaques. chaque fibre musculaire a un noyau unique placé au centre.

v. Dans ces muscles, les fibres se ramifient et s'anastomosent avec les fibres voisines au niveau des disques intercalés (membranes cellulaires opposées).

vi. Ses stries croisées sont moins proéminentes que les muscles squelettiques.

je. Les cellules myoépithéliales sont des cellules musculaires de base appartenant au type de muscle lisse.

ii. Les cellules myoépithéliales sont présentes à la base des acini secrétaires des glandes sudoripares et aident à l'expulsion de la sécrétion des acini.

Dissertation # 3. Parties des muscles humains :

je. Origine – Proximal et fixe.

ii. Insertion – Déplacement et distal.

je. Partie charnue – contractile – ventre.

ii. Partie fibreuse – non contractile – tendon, aponévrose etc.

Structure du muscle squelettique :

I. Tissu contractile – Myofibrilles :

Dissertation # 4. Architecture fasciculaire des muscles humains :

La disposition des fibres musculaires varie en fonction de la direction, de la force et de l'amplitude de mouvement d'une articulation.

I. Parallèle – Fascicule :

II. Oblique – Fascicule :

ii. Long fléchisseur du pouce

III. Fascicule en spirale ou tordu :

ii. Sternocléidomastoïdien (croisé)

Dissertation # 5. Nomenclature des muscles humains :

Dépend du nombre de façons, par exemple :

je. Selon la forme, par exemple, Trapezius, rhomboideus etc.

ii. Selon le nombre de têtes d'origine, par exemple, biceps, quadriceps, triceps, digastrique.

iii. Selon la structure grossière, par exemple, semi-tendineux, semi-membraneux, etc.

iv. Selon l'emplacement, par exemple, Temporalis, supra-épineux, intercostaux, etc.

v. Selon les pièces jointes, par exemple, Stylohyoid, cricothyroid etc.

vi. Selon la fonction, par exemple, adducteur long, fléchisseur-carpi ulnaris, etc.

vii. Selon la direction des fibres, par exemple, Rectus abdominis, obliquus abdominis, transversus etc.

Approvisionnement en sang des muscles squelettiques :

Dérivé des artères voisines. Les artères, les veines et les nerfs percent le muscle à un point appelé hile neurovasculaire.

Accompagner les vaisseaux sanguins et drainer dans les ganglions lymphatiques voisins.

Lorsqu'un muscle se contracte, il se raccourcit de 1/3 (30 %) de la longueur de son ventre et provoque un mouvement.

je. Premiers moteurs - Apportez le mouvement souhaité (Agonistes).

ii. Antagonistes - (opposants) - s'opposent aux principaux moteurs.

iii. Fixateurs- qui stabilisent les articulations proximales d'un membre de sorte que le mouvement souhaité au niveau de l'articulation distale puisse se produire sur une base fixe.

iv. Synergistes - Lorsque les moteurs principaux traversent plus d'une articulation, les actions indésirables au niveau des articulations proximales sont empêchées par certains muscles appelés synergistes.

je. Paralysie - La perte de puissance motrice est une paralysie.

ii. Spasmes musculaires - Sont des spasmes assez douloureux et localisés causés par une traction musculaire. Un spasme généralisé se produit dans le tétanos et l'épilepsie.

iii. Atrophie et hypertrophie désaffectées - En raison d'une utilisation excessive des muscles.

iv. Régénération du muscle squelettique - Est limitée, en cas de dommages importants - Pas de régénération.


Pourquoi les femmes aspirent-elles à la perfection abdominale ?

« Pourquoi la région abdominale est-elle la plus populaire et la plus recherchée en termes de perfection pour les femmes ? » me demande une journaliste dans son mail. Un rapide coup d'œil à certaines des couvertures de magazines les plus récentes permet de vérifier que les « entraînements abdominaux » figurent en bonne place. Par exemple, Forme magazine aide les lecteurs à « Up Your Ab Game », Aptitude fournit un guide en quatre étapes pour « Sculpter des abdominaux sexy » pour la « Section médiane ultime », et Santé des femmes propose un « plan sain d'esprit » rapide pour les « fesses serrées, les bras toniques et les abdominaux plats ». Pourquoi, en effet, les exercices abdominaux sont-ils si intéressants ?

Les femmes peuvent, bien sûr, exercer leurs abdominaux pour diverses raisons, mais une façon de penser à la popularité des exercices abdominaux est de considérer la biologie du corps (les abdominaux), la psychologie des choix d'exercices et notre contexte culturel pour les idéaux corporels comme co-contributeurs dans la quête de la perfection abdominale. Regardons d'abord le corps biologique.

D'un point de vue anatomique, nous avons trois couches de muscles abdominaux. Seule la couche superficielle, le rectus abdominis, est visible et est souvent appelée « le six-pack ». Comme tous les muscles, le rectus abdominis déplace les os pour permettre à notre corps de se déplacer dans l'espace. L'extrémité supérieure de ce muscle est attachée à la cage thoracique et le niveau inférieur à l'os pelvien. Lorsque le droit de l'abdomen se contracte, il incline à la fois la cage thoracique et l'os pelvien vers l'avant. Différentes formes de « redressements assis » ou de « craquements » sont des exercices typiques qui renforcent le droit de l'abdomen. Pour exercer ce muscle le plus efficacement possible, le haut du corps (comme dans un redressement assis) et le bassin (et les jambes) doivent être soulevés du sol : cette action engage les deux extrémités du muscle droit de l'abdomen.

Les deux autres couches abdominales remplissent des fonctions différentes et agissent également comme des « stabilisateurs » - ce sont elles qui, en plus du droit de l'abdomen, devraient être incluses dans tout programme d'entraînement « de base » (comme le Pilates). Cependant, ils ne sont pas aussi visibles que le rectus abdominis. Les obliques externes sont situés sur le côté et l'avant de l'abdomen et en dessous se trouvent les obliques internes. Ils sont attachés sur le côté de la cage thoracique et sur le côté de l'os pelvien. Ces muscles inclinent le haut du corps latéralement (latéralement) et aident également à faire pivoter le haut du corps lorsqu'il s'incline vers l'avant. Les redressements assis où vous croisez votre corps sur le côté ou vers le genou opposé renforcent généralement les obliques.

Le niveau le plus profond des abdominaux est le transverse de l'abdomen. C'est presque comme un « corset » qui embrasse la partie médiane du corps de l'arrière (l'aponévrose – un type de fascia) à l'avant (la gaine du rectus abdominis) et des côtes inférieures à l'os pelvien. Le transverse est souvent considéré comme un muscle qui stabilise le corps au lieu de déplacer certains os pour créer un mouvement visible. La plupart du temps, engager le transverse signifie devoir également utiliser les autres couches des abdominaux. Par exemple, un exercice de Pilates appelé « le 100 » qui comprend « l'ancrage » du bassin au sol (en appuyant sur les os du bassin et le bas de la colonne vertébrale sur le tapis), en soulevant les genoux et les pieds ainsi que le haut du corps du sol devrait engager les trois couches des abdominaux. Comme le transverse (et tous les abdominaux) est attaché à la cage thoracique, le déplacer en respirant aidera davantage à le travailler.

Il est clair que tous nos abdominaux ont une fonction anatomique spécifique, mais les entraînements des magazines pointent rarement ces fonctions (inclinaison, stabilisation) sur leurs couvertures. Jetons un coup d'œil à quelques entraînements abdominaux en ligne pour voir ce qu'il faut pour obtenir la «section médiane ultime» promise.

Forme magazine spécialisé dans le fitness pour femmes propose de nombreux choix d'exercices abdominaux. Ces entraînements sont allés au-delà des simples crunchs pour privilégier des exercices multi-articulaires complexes tels que divers types de planches, des burpees, des variantes de teasers inspirés du Pilates ou des exercices abdominaux debout. Beaucoup de ces exercices exigent une quantité importante de force, de mobilité et d'habileté. Beaucoup mettent l'accent sur l'utilisation du tronc et des différents muscles abdominaux. Tous promettent un ventre plat et sexy, beaucoup le promettent rapidement, certains promettent spécifiquement de «faire fondre la graisse du ventre».

C'est là que la connaissance culturelle s'entremêle avec le corps biologique pour orienter nos choix d'exercice. Bien qu'une force accrue et un meilleur fonctionnement du corps puissent résulter de ces entraînements abdominaux, les magazines promettent principalement des changements visibles vers le corps d'apparence « sexy » ultime : tonifier, aplatir ou faire fondre toute graisse supplémentaire autour de la zone abdominale. Alors que la couche supérieure visible, le rectus abdominis, est nécessaire pour le look sexy "six-pack", les deux autres couches, cachées sous le rectus, sont souvent impliquées dans des "exercices de base" assez complexes nécessaires pour offrir une transformation corporelle visible - la meilleure 'compression' pour un ventre plat.

Faire de l'exercice pour un corps plus beau n'est pas vraiment une nouveauté. Depuis la fin des années 1980, les chercheuses féministes soutiennent que le corps féminin idéal vend des magazines féminins. Dans leur travail fondateur d'il y a plus de deux décennies, Sandra Barky (1988) et Susan Bordo (1992) ont exposé le corps idéal féminin (très) mince, tonique (pas musclé) et jeune comme étroitement défini. La plupart des femmes, ont-elles poursuivi, ne sont pas nées avec de tels corps, mais travaillent continuellement vers cet idéal impossible. Paradoxically, the areas where we naturally store fat (under arms, abdominals, pelvis, thighs) are the areas targeted to be lean. For women, the abdominals are among the most difficult muscles to sculpt to the correct lean and toned shape. Bordo (1992) even argued that women grow up despising their feminine form, because the ideal feminine shape in this society resembles that of a young boy: wide shoulders, tight muscles, narrow hips.

My early research (Markula, 1995) also showed that women exercised mainly for the thin and toned body. While not wanting to look muscular, they longed for the ideal shape of the magazine models who they, rather paradoxically, also found unrealistic and even unhealthy. They listed the abdominals among ‘the problem’ spots where extra fat gathers. Similar to the current online workouts, they presumed that ab exercises would reduce any fat stored around their abdominal area. Here again, the cultural quest for the sexy looking body interferes with the biological body: physiologically, such ‘spot reduction’ is not possible because fat is metabolized in a general manner, not in a particular spot, when exercising (see also my earlier 'Spot Reduction' August, 2014). This means that an exerciser needs to also lose fat by dieting to uncover the muscle tone.

More recent research finds that the same body ideal with the same problems spots brings women to exercise classes. While the participants, first and foremost, want to lose weight the ‘stomach’ continues to be the number one problem area that needs to be reduced to the correct flatness by exercising (Chikinda, 2014).

With all of this in mind, I suggest to the journalist that because obtaining the ideal body, displayed in the magazines, is so impossible, we always seem to be in need of more abdominal exercises and diet advice from the magazines. She is not convinced.

It is a common misnomer, she argues, that the magazines shape the body ideal. They merely mirror their readers’ ideals, she continued. The magazine editors and staff do not believe that women should be thin or have great abs, it is the women who seem to want six-packs. In addition, she went to say, market research shows that it is the readers who want ab exercises on the covers and the magazines merely want to serve their readers.

This is where the psychological factors directing exercise choices enter the quest for abdominal perfection. It is clear that we have plenty of exercise choices, but why choose to work the abs? When women have plenty of different abdominal exercises for different purposes to choose from, why do they choose the ones that promise a flat and sexy looking stomach fast instead of those designed to improve our sideways tilt?

At the most basic level, psychologists call our willingness to act toward some goal, motivation. Motivation is further characterized by choice, effort, and persistence. To be motivated to exercise our abdominals, we obviously need to choose to it for it to become a particular goal (i.e., for a sexy looking mid-section), then put effort into performing those exercises, and finally we must continue or persist in doing those exercises over a significant amount of time like weeks and months.

Many exercise psychologists add that our exercise choices are related to individual’s self-efficacy: the confidence we have in our ability to successfully perform particular exercises. If we believe that we can successfully complete a series of abdominal exercises, we are motivated to choose and persist with these exercises. This also means that we are unlikely to continue with an ab workout that is too demanding, difficult, or that we cannot complete. While self-efficacy can improve our motivation to exercise, it does not alone explain why we choose to workout particular body parts more than others.

Several psychological theories (e.g., the theory of reasoned action, the theory of planned behavior) account for the influence of significant others on our intensions. For example, if all of the women around us exercise their abs, we also start thinking it is important. Based on these theories, the expectation of exercising one’s abs, however, derives from social norms defining acceptable femininity. Social cognitive theorists add that their immediate social and physical environment mediates individuals’ behavioral choices. For example, a woman’s individual choice to exercise her abs can also be directed by her environment where there is strong social support for such a choice. Seeing relatable peers model the desired behavior, like in an exercise class, is particularly effective in this regard. Based on this theory, readers of women’s exercise and health magazines should be able to relate to the magazines’ models and their tight abs to be motivated to read (and do) whatever exercise advice the magazines are selling.

More recent psychological theories, such as the socio-ecological model, recognize that external factors influence behavior as much as individual choice. For example, social influences like the ideal fit body shapes individual women’s beliefs of what type of exercise counts. Therefore, the social, environmental, and individual factors all shape behavior and effect our motivation in a number of dynamic and complex ways. This means that while individual women read articles on how to get the perfect abs, their ideas of such perfection come from their social environment, including, of course, images of so-called fit women portrayed in the media. Therefore, recent explanations of exercise behavior from psychologists have begun to account for the importance of global, cultural, and social environment factors in addition to individual’s preferences (Linke, Robinson & Pekmezi, 2013).

It seems like the reasons why women might seek abdominal perfection are, indeed, multi-layered (pardon the pun). The biological, psychological, and cultural ideas of the body become intertwined to support this quest. But is this a necessary quest for women to pursue? Do we really need tightly toned abdominals as sported by the fitness magazine models? Most of us do not need a six-pack or strong rectus abdominis to repeatedly tilt our ribcage and pelvic bone forward whereas we do need the support of the transversus to sit-up straight. So would we strive for flat and tight abs without the magazines’ images to ‘motivate’ us? What do you think, readers, how strongly does the image of the ideal body shape your desire for abdominal perfection? If we had more diverse women’s bodies represented on these magazines would we define abdominal perfection differently?

Bartky, S. L. (1988). Foucault, femininity, and the modernization of patriarchy. In I. Diamond & L. Quinby (Eds.), Feminism and Foucault: Reflection on resistance (pp. 61-86). Boston, MA: Northeastern University Press.

Bordo, S. (1992). Unbearable weight: Feminism, Western culture, and the body. Berkley, CA: University of California Press.

Chikinda, J. (2014). The body, health and exercise: A Foucauldian-feminist analysis of fitness instructor knowledges. Unpublished masters capping project. University of Alberta, Canada.

Linke, S. E., Robinson, C. J., & Pekmezi, D. (2013). Applying psychological theories to promote healthy lifestyles. American Journal of Lifestyle Medicine, 1-11.

Markula, P. (1995). Firm but shapely, fit but sexy, strong but thin: The postmodern aerobicizing female bodies. Sociology of Sport Journal, 12, 424-453.


The uppermost or superficial layer of your abdomen contains the skin, subcutaneous tissue, two layers of fascia (Scarpa’s fascia and Camper’s fascia), and also connective tissue. This part of the tummy gives structure and protection to your internal organs. Nerves, lymphatics, and blood vessels are also present throughout.

Abdominal skin

Skin quality is an important indicator of health and youthfulness. Strong, healthy abdominal skin is firm and elastic. Unfortunately, it is rather easy to stretch the skin on your belly. The older you get, the easier it is to damage the skin because mature skin does not bounce back as easily as it once did.

Gaining weight or having a baby can also take a toll on skin. As the body stretches to accommodate either underlying fat or a growing fetus, it can weaken the skin structure dramatically. The skin may develop a loose, sagging appearance, creases, and folds. Stretch marks are another common problem.

Stretched skin does not always shrink back to how it was before. Rather than seeing a nice, trim tummy after losing weight or having a baby, the skin can seem to simply hang loose from the tummy. Women with multiple pregnancies and patients who have undergone bariatric or gastric bypass surgery are most at risk. People over age 30 are also affected because skin produces progressively less collagen and elastin as the body ages. 1,5

There are many ways to treat skin aging and stretch marks. Lots of over-the-counter beauty products, home remedies, and prescriptions promise to make the skin appear youthful. However, when you have damaged abdominal skin, there are usually other underlying problems that need to be addressed as well. Plastic surgery can help improve the appearance of abdominal skin, remove fat, and repair stretched or torn abdominal muscles at the same time.

It is important to mention that cosmetic surgery does not change the biology of the skin. If your skin is aged, inelastic, or lacking collagen, a tummy tuck won’t magically make your skin inherently youthful again. No surgeon can promise that with body contouring surgery.

However, a tummy tuck can help your skin apparaître younger since the skin is pulled nice and taut when the incision is closed with sutures. This gives the skin a firmer appearance, even though the skin is not structurally different than it was before surgery. Abdominoplasty may also remove some stretch marks on the tummy when the skin is trimmed.

Subcutaneous tissue

The layer just below the skin is called subcutaneous tissue. It is also known as the hypodermis. From regulating body temperature to blood flow, this tissue serves many important functions. It is made up of fat and connective tissue. Blood vessels and nerves run through this layer, which acts as a passageway for blood flow between the upper layers of skin and underlying muscle.

Camper’s fascia

Below the skin are two layers of superficial fascia. The Camper’s fascia is the first layer. The fascia of Camper contains mostly areolar tissue, which is made of elastic and smooth connective fibers with a minimal amount of fat.

Areolar tissue

There are six types of connective tissue in the human body. Areolar tissue is a loose connective tissue made from a meshwork of collagen fibers and elastic tissue. One function of areolar tissue is to connect the skin to the muscles below. Areolar tissue helps give the abdomen structure so that everything stays in its proper place. It also stores some fat and helps insulate the body.

Adipose tissue (fat)

Fat, or adipose tissue, is a special kind of connective tissue made of adipocytes. The purpose of these cells is to store energy from food. Food fuels adipose tissue with calories, which gives us energy. That’s why when you workout, you burn fat. Yet even when you sit still or sleep, your body is always burning calories. Whether you are digesting food, breathing, or blinking your eyes, the human body is always doing something that requires energy. Adipose tissue also cushions and insulates the body.

Too much subcutaneous fat can leave your tummy soft and pudgy. When we think of getting a tummy tuck with liposuction or VASER liposculpture, it’s often this layer of connective tissue that we want to address. Pregnancy, aging, medications, eating too many high-calorie foods without working out, and even your body’s unique biochemistry can lead to a buildup of adipose tissue.

The tummy is often the first place people gain weight. Lipo-abdominoplasty surgery is an excellent way to remove belly fat, even the stubborn kind that exercise and diet alone don’t seem to help.

Scarpa fascia

The Scarpa fascia is located beneath the Camper’s fascia in your abdomen. It is a thick, membraneous layer on the anterior abdominal wall.

The Scarpa fascia is a very important part of successful tummy tuck surgery. This is the structure that gets sutured closed in abdominoplasty. It is very strong and tough, so it can support a lot of tension. That allows your surgeon to get a nice, taut closure of the incision without compromising skin vascularity. 2

The way your surgeon dissects in or around the Scarpa fascia can mean the difference between a surgery with or without drains. Most patients find drains to be a real pain. Drains are rather inconvenient and cumbersome. By operating carefully in and around the scarpa fascia, a tummy tuck without drains is possible. Unfortunately, some tummy tuck surgeons today still use drains because they are not trained on the latest techniques. You can save yourself the hassle of having to use drains by choosing a surgeon who knows how to perform drainless abdominoplasty.

Preserving the Scarpa fascia is important during abdominoplasty to give patients the best results. By dissecting superficially and taking care to avoid damaging the blood supply to the Scarpa’s fascia, Doctor Bernard Beldholm can avoid using drains entirely. This means an easier recovery for his patients.


4 réponses 4

  • Global muscles produire mouvement.
  • Local muscles empêcher mouvement.

For examples of over-developed rectus abdominis you can look towards the sport of super-heavyweight powerlifting/strongman where many have extremely large rectus abdominis to stop their body folding in two

The rectus abdominis generates spinal flexion. A physical barrier like a large stomach may create a physical barrier to stop movement but it doesn't matter if it's fat or a "six pack" that's blocking the movement. There's no relation to muscle function

The reason this was such a good question is that the rectus is considered a global muscle and not consider a part of the innercore.

Failure to stabilize the spine isn't ONLY due to weakness. Altered neuromuscular firing patterns produce the same result.

If you're more powerful global muscles are firing before your deep stabilizers this results in large force being applied to an unstablized spinal column.

This is why the trA is so important. It is activated first before movement in any direction. Unlike your quadratus lumborum which is only active during sagittal plane movements.

Have a strong core is essential in anything you do while standing up. Your rectus abdominis are a big part of this.

For example, is there any "heavy lifting" or exercise significantly helped by a specifically strong rectus (not transverse!) abdominis?

Yes, your rectus abdominis will help stabilize your body while doing things like deadlifts, squats, bend-over rows, military press, push-ups, if you do these movements will standing (apart from the push-ups). Even if you do bicep curls while standing, your core is working to keep your body erect.

Note: I'm not saying rectus abdominis is the only muscle that is stabilizing your body, your entire core does this. I'm saying rectus abdominis is a part of this and therefore making it stronger will help in anything that requires your core to stabilize your body during heavy lifting or any daily activitie.

It looks like the rectus abdominis plays a role in posture and contributes a bit towards increasing intra-abdominal pressure (IAP).

Posture is more dynamic and complicated than people give it credit for. Technically every muscle in your body plays some role in posture.

Also, it is used for trunk/lumbar flexion as well.

Of course, it does that but priority of training that is likely low.

I'd say the torso is more for transfer of force from the upper body to lower body and vice versa. Secondary or tertiary function is stability, or anti-rotation (could be considered the same thing). As opposed to lumbar flexion, which is at best a tertiary or quaternary (fourth) consideration.

Frankly few people are that weak at lumbar flexion. And if you can do more than 8 reps of something, you're no longer training strength, you're training muscular endurance. Doing 30-40 crunches becomes a waste of time because the threshold of adaptation is way too low and it takes to long to get a training effect at the expense of spinal flexion cycles.

However, what benefit is there to having a particularly "strong" rectus abdominis? By strong, I mean significantly beyond whatever may be required for basic mere things like posture and the occasional sit-up (or crunch).

  1. Hypertrophy -- If that's what you want, then loaded lumbar flexion (cable crunches, loaded crunches) is somewhat of a requirement in a

Yes, none of those examples seem 'specific' to rectus abdominis in terms of isolation, but you can't isolate muscles anyway. This is a myth, you can only favour muscles in a kinetic chain. All muscles work in some kind of kinetic chain. Even in a crunch, your hip flexors, TVA, pelvic floor and your obliques are involved.

The RA is involved heavily in all of those torso exercises.

I understand IAP can be quite helpful for lifting and handling heavy weights, but it seems it's the transverse abdominis that's much more important for that.

I'd argue that internal obliques and your diaphragm are more important than TVA for most people for strong IAP. Breathing and bracing drills improve IPA significantly better than TVA specific drills (vacuum/sucking in). In many ways, TVA specific training is the opposite of creating good IPA. TVA specific work is overrated and based on generally outdated research.

For example, is there any "heavy lifting" or exercise significantly helped by a specifically strong rectus (not transverse!) abdominis? I'm not referring to some contrived "weighted sit-up" or crunch exercise here.

Oui. The chin up immediately comes to mind as you have to control extension. Anyone good at them will typically have considerable RA strength. There is a piece of research or two, that showed chin ups yield significantly more RA activation than any crunch variation (even loaded ones if I recall).

Of course, given that you can't truly isolate one muscle and that all muscles work in some kind of kinetic chain. It's silly to really focus too much attention on any one muscle.


Conclusion

The value of MR imaging for the clinical work-up of athletic pubalgia increases with the radiologist’s familiarity with and recognition of injury patterns in the anatomic structures surrounding the pubic symphysis. As the pathophysiology and anatomy of the pubic region come to be better understood, so too does the MR imaging appearance of common groin injuries in athletes who participate in sports with quick side-to-side movements, twisting and extension at the waist, and rapid acceleration and deceleration. Unenhanced MR imaging with a dedicated protocol for evaluating athletic pubalgia allows the diagnosis of subtle pathologic changes, identification of the structures involved, and determination of the extent of injuries in patients with activity-induced groin pain. The recommended MR imaging protocol for assessing the possible sources of referred groin pain includes both small-field-of-view high-resolution studies detailing the pubic symphysis and large-field-of-view pelvic surveys. Knowledge of the characteristic patterns of clinical and imaging findings in the various injuries that may produce athletic pubalgia, including primary injury of the rectus abdominis–adductor aponeurosis, allows the radiologist to accurately and precisely characterize the pathologic process and to help guide the referring clinician toward an appropriate treatment plan.


Voir la vidéo: Overview of Abdomen 3 - The Rectus Sheath - Dr. Ahmed Farid (Décembre 2021).