Informations

Quelle est cette étrange créature ressemblant à un ver ?


Salut! Alors que j'étais dans ma cour ce matin, j'ai regardé en bas et j'ai vu ce petit gars se tortiller dans l'herbe. Il ne ressemble à rien de ce que j'ai vu auparavant.

Il mesure environ 2 1/2 pouces de long. Il a une petite corne qui sort de son dos près de ce qui semble être son derrière. Son ventre est de couleur vert clair. De plus, il commence à se retourner quand je le touche (pour l'attraper, je l'ai ramassé dans un petit pot.)

Je vis dans le nord-ouest du Mississippi dans les collines près du delta. Je suis également entouré d'une grande forêt avec toutes sortes de pins et d'arbres normaux, si cela peut aider.

Merci d'avance!


Je crois que c'est une sorte de larves de Cranefly, voir ici : j'ai trouvé ces types à la fois directement dans les ruisseaux et le long des berges des rivières, mais aussi sous des rochers loin des principales sources d'eau. Il existe différents types de larves de libellule, mais elles ont toutes les mêmes caractéristiques (corps bulbeux, vers ressemblant à des vers, bras peu visibles, encéphilisation extraterrestre)

Il peut également s'agir de larves de mouches à chevreuil (un type de taon), mais elles sont généralement plus "piquantes" sur les côtés.


Cette créature rampante est en fait composée de centaines de larves

Lorsque Ian Stevenson est rentré chez lui après une promenade dimanche matin, il a cru voir un ver de terre avec des débris collés dessus. Il ne s'attendait probablement pas à voir ce qu'il a réellement vu : une corde de vers qui se tortillent le long de son allée. En regardant la scène cauchemardesque, la célèbre réplique de Aube des morts pourrait venir à l'esprit : « Quand il n'y aura plus de place en Enfer, les morts parcourront la Terre.

Stevenson, professeur adjoint de neurosciences à l'Université du Connecticut, a tweeté une vidéo de ce qu'il a vu, qui semble être une masse rampante de vers se déplaçant comme un seul.

"J'ai vraiment peur des serpents, donc la première vidéo était d'obtenir un gros plan et de confirmer qu'il s'agissait d'insectes", a déclaré Stevenson. Inverse. "Après cela, j'étais juste curieux - les comportements émergents comme le flocage et l'essaimage sont super fascinants. Je comprends tout à fait certaines des réactions dégoûtées que la vidéo a suscitées. »

Il a demandé à ses abonnés de l'aider à comprendre ce qui se passait: «Quelqu'un sur Twitter scientifique sait ce qu'est cette chose sur ma passerelle? Migration des larves de diptères/biomimétisme des vers de terre ? Scène supprimée d'Akira ?

Il s'avère que cette masse fluide de créatures semi-transparentes est ne pas d'origine démoniaque (probablement), et comme le soupçonnait Stevenson, le mouvement hypnotique de la masse larvaire illustre une stratégie collective très efficace pour la locomotion. Regarde:

Une collègue neuroscientifique nommée Heather Read, Ph.D. a répondu à la vidéo, identifiant le phénomène comme des larves de mouche des champignons à ailes sombres, qui sont connues pour se déplacer dans ce genre de masse ressemblant à un serpent. L'hypothèse initiale de Stevenson, selon laquelle les larves étaient une sorte de diptère, pourrait donc être correcte. Les diptères sont l'ordre taxonomique auquel appartiennent les mouches et le moucheron des champignons est un type de mouche.

Mais pourquoi bougent-ils comme un serpent de l'enfer ? Il s'avère que ce mouvement de masse, dans lequel les larves rampent les unes sur les autres comme un tapis roulant, est un processus que l'espèce utilise pour maximiser la vitesse de l'ensemble de l'essaim.

En 2013, Aatish Bhatia a signalé dans Filaire que cette stratégie, qui est également utilisée par d'autres espèces de chenilles, aide toute la masse à se déplacer 1,5 fois plus vite qu'un individu ne peut se déplacer, s'il s'agit d'une masse à deux couches. Et s'il s'agit d'une masse à trois couches, le groupe peut se déplacer presque à deux reprises aussi vite qu'un individu peut le faire. Bhatia compare cela à marcher sur un trottoir roulant à l'aéroport, mais avec l'avantage majeur qu'il peut aller où bon lui semble.

"Contrairement à un tapis roulant typique, celui-ci ne s'épuise jamais, car les chenilles continuent de le démonter et de le remonter", a-t-il écrit.

Bref, comme les larves au-dessus du tas rampent au-dessus de leurs voisines - qui se déplacent également - la deuxième couche se déplace deux fois plus vite. Mais comme ils doivent également passer du temps en dessous une fois qu'ils ont fait leur chemin à l'avant, ils passeront une partie du temps à rouler à vitesse normale. Pour une masse à deux couches, cela équivaut en moyenne à environ 1,5 fois la vitesse d'un individu.

Dans la vidéo de Stevenson, cependant, les larves de mouche des champignons semblent se déplacer dans une masse supérieure à seulement deux couches de profondeur, leur avantage de vitesse est donc probablement supérieur à 1,5 fois. Quoi qu'il en soit, nous pouvons être assurés que cette corde qui se tord n'est pas le signe d'une apocalypse zombie imminente. Et en fait, ce n'est même pas si gros.

"La vidéo donne l'impression d'être énorme, mais en personne, ce n'est qu'un joli petit essaim frétillant", explique Stevenson. "Ce n'est pas que je me porte volontaire pour y toucher."


Un objet ressemblant à un ver «bizarre» trouvé sur les côtes de la Caroline du Nord laisse les experts perplexes

Un service du parc national de Caroline du Nord a du mal à identifier un objet mystérieux et épineux qui s'est échoué sur une plage au cours du week-end et demande l'aide du public.

Un passant a trouvé samedi l'objet ressemblant à un ver "bizarre" couvert de ce qui semblait être des épines blanches à Shackleford Banks, a écrit Cape Lookout National Seashore sur Facebook. Le service du parc a deviné qu'il s'agissait "d'un cas de ver à plumes", mais "n'a aucune idée de ce que pourraient être les structures osseuses".

Certains commentateurs sont d'accord, écrivant qu'il pourrait s'agir d'un ver tubéreux qui a créé un boîtier utilisant les structures blanches et osseuses. D'autres ont été déconcertés par la découverte.

« Je ne dis pas que ce sont des extraterrestres, mais. », a plaisanté un utilisateur.

Mais beaucoup n'étaient pas d'accord avec l'hypothèse du ver tubicole, laissant leurs suppositions dans les plus de 70 commentaires de la publication. D'autres pensaient qu'il s'agissait d'un poisson-globe en décomposition.

Pendant ce temps, une créature ressemblant à un ballon qui ressemblait à une méduse s'est échouée sur une autre plage de Caroline du Nord dimanche.

Cape Hatteras National Seashore a identifié la créature comme un homme de guerre portugais, "une colonie d'organismes individuels travaillant comme un seul."


Observateurs d'étoiles

Qu'arrive-t-il aux poissons conçus sous des lignes électriques? Cette:

Nommé d'après le charmant placement de leurs yeux, les astronomes ont l'air carrément en colère. La bouche tournée vers le haut semble dire « Ouais, j'ai été frappé à la tête avec une pelle. Tu veux te battre à ce sujet ? »

À la hauteur de son apparence effrayante, le stargazer est un chasseur qui utilise la furtivité et les pièges. Il s'enfonce dans le sable en attendant que des proies potentielles nagent au-dessus de sa tête. Lorsque le moment est venu, l'observateur d'étoiles frappe avec une combinaison de venin et de décharges électriques, car empoisonner quelque chose n'est tout simplement pas amusant à moins que vous ne puissiez également causer de graves lésions nerveuses. Si cela n'était pas assez troublant, certaines espèces d'observateurs d'étoiles ont un leurre ressemblant à un ver qui pousse à l'intérieur de leur bouche qu'ils utilisent pour attirer leurs proies.


Le mystérieux ver du lac monstre d'Islande

Dans la nature sauvage de l'extrême nord de l'Islande se trouve un lac glaciaire glacial appelé Lagarfljót, qui est le 3ème plus grand lac du pays et entouré de paysages pittoresques et imprégné d'histoires de quelque chose d'étrange qui se cache sous les vagues. Une créature qui fait depuis longtemps partie du folklore local ici est une créature communément appelée le Lagarfljótsormur, ou plus communément simplement le ver Lagarfljót. La créature en question est le plus souvent décrite comme étant une bête se contorsionnante, serpentine, ressemblant à un ver, dont on dit qu'elle mesure généralement de 40 pieds de long jusqu'à environ 200 pieds de long vraiment massif, et a été vue dans ces eaux depuis au moins le 14ème siècle, semblant souvent avoir de nombreuses bosses alors qu'il nage dans les profondeurs glaciales et troubles. C'est une créature qui est devenue de loin le monstre lacustre le plus célèbre d'Islande, et aussi l'un des plus bizarres.

Les habitants de la région parlent depuis longtemps de créatures menaçantes ressemblant à des vers rôdant dans les profondeurs du lac, qui seraient même souvent montées sur le rivage pour s'enrouler et attendre des proies, y compris du bétail, des animaux domestiques et même des humains, et l'apparition de la ver était souvent considéré comme un présage de catastrophe. La version folklorique des origines de la bête a été publiée dans un recueil de contes et légendes islandais publié sous le titre Folk et conte de fées islandais, dont les origines sont décrites ainsi :

À une époque, il y a très, très longtemps, une femme vivait dans une ferme du district de Lagarfljót, près du ruisseau où il se transforme en lac. Elle avait une fille adulte. Une fois, elle a offert à sa fille une bague en or. La femme a demandé à sa fille d'attraper un serpent et de garder l'anneau d'or en dessous dans son coffre en lin (comme, apparemment, on l'a fait il y a longtemps dans la campagne islandaise). Elle l'a fait, mais quand la fille est allée regarder à nouveau sa bague, le serpent était devenu si gros que la poitrine commençait à se séparer. Ensuite, la fille a eu peur et elle a ramassé le coffre avec tout ce qu'il contenait et l'a jeté dans le lac. Un long temps passa, et peu à peu les gens se rendirent compte qu'il y avait un serpent dans le lac, car il commençait à tuer à la fois les gens et les animaux traversant les eaux.

Deux hommes finlandais viendraient soi-disant pour vaincre la monstruosité toujours croissante, après quoi ils l'auraient attaché à des rochers au fond du lac et l'auraient laissé mourir. Que ce mythe spectaculaire ait une vérité ou non, il existe certainement une longue histoire de personnes voyant quelque chose de très inhabituel dans le lac. Aux XVIe et XVIIe siècles, de nombreux explorateurs ont rapporté avoir vu quelque chose de très gros et de serpentin dans le lac, et la créature est apparue sur plusieurs cartes de l'époque, avec un cartographe nommé Abraham Ortelius marquant ce lac comme un lieu de monstres et déclarant :

Dans ce lac apparaît un grand serpent, qui est une menace pour les habitants et apparaît lorsqu'un événement mémorable est imminent.

Beaucoup de ces premiers rapports sont évidemment colorés avec un peu de folklore et de légende, comme la bête colossale soulevant son corps si haut hors de l'eau qu'un navire pourrait passer en dessous, ou qu'il pourrait se débattre avec suffisamment de puissance pour provoquer des tremblements de terre. , mais il y avait beaucoup d'autres observations qui semblent être de nature moins mythique. En 1863, il y a eu une observation du monstre relayée par un prêtre et explorateur britannique du nom de Sabine Baring-Gould, qui a raconté que certains agriculteurs avaient été témoins d'une créature serpentine de 46 pieds de long dans le lac, qui avait apparemment une tête comme un phoque et plusieurs bosses visibles.

De telles observations étranges ne sont pas non plus purement le domaine des profondeurs obscures de l'histoire perdue, et il y a d'autres rencontres avec la prétendue créature qui sont plus récentes. En 1963, un Sigurður Blöndal, qui était le chef même du service forestier national islandais, a vu la mystérieuse créature, et elle a été vue à nouveau en 1967 en remontant le lac par des employés de la station forestière de Hallormsstaður. En 1983, il a été rencontré par des ouvriers du bâtiment qui posaient un câble téléphonique, qui ont signalé quelque chose de très gros dans l'eau près de la rive est lors de mesures de profondeur. Curieux, les ouvriers ont remonté le câble et ont découvert qu'il avait été endommagé par quelque chose là-bas, en disant :

Ce câble qui a été spécialement conçu pour qu'il ne se plie pas a été enroulé à plusieurs endroits et gravement déchiré et endommagé à 22 endroits différents. Je crois que nous avons fait glisser le câble directement sur le ventre de la bête. A moins que ce ne soit par sa bouche.

En 1998, un enseignant et un groupe d'élèves de l'école Hallormsstaðir ont également affirmé avoir vu le serpent monstrueux serpenter dans l'eau du lac. Peut-être le plus célèbre de tous, il y avait des séquences vidéo présumées du monstre prises en février 2012. La séquence en question a été tournée par un agriculteur nommé Hjörtur E. Kjerúlf, et montre ce qui semble être une grosse bête ressemblant à un ver se déplaçant dans un serpentine à travers la neige et l'eau couverte de glace d'une rivière qui se jette dans le lac. À l'époque, la vidéo impressionnante et très claire a pris d'assaut Internet et a été largement débattue et mise à part. L'intérêt était si fort que des équipes de télévision et des chercheurs d'aussi loin que le Japon se sont rendus en Islande pour suivre l'histoire. En effet, il était si convaincant que le conseil municipal de Fljotsdalsherao en Islande a déterminé que les images étaient authentiques et que la créature était officiellement réelle sur la base d'un vote d'une « commission vérité » de 13 personnes, qui a ensuite été soutenue par un groupe d'experts.

Vous ne pouvez pas contester cela, n'est-ce pas ? Eh bien, en fait, vous pouvez. Il a ensuite été découvert grâce à une analyse vidéo intense que, bien que le sujet semble se déplacer dans l'eau, il reste en fait stationnaire, le courant rapide donnant simplement l'illusion qu'il nage. Cela signifie que le "monstre" de la vidéo n'est probablement qu'une corde épaisse ou un filet de pêche accroché à des rochers et ondulant dans le courant d'une manière anormale. Malgré ces preuves démystifiantes, la municipalité a maintenu son verdict, rendant le Lagarfljótsormur officiellement « réel », ce qui a suscité des critiques le dénonçant comme un simple coup publicitaire pour attirer des touristes. Il y a aussi beaucoup de gens qui ne sont pas d'accord avec l'analyse sceptique de la vidéo et la défendent toujours comme authentique. Vous pouvez voir les images ici et juger par vous-même.

Existe-t-il donc une sorte de ver ou de serpent géant vivant dans les profondeurs de ce lac de l'extrême nord ? Cela dépend beaucoup de qui vous demandez. Pour les sceptiques, ce n'est que le résultat de légendes entremêlées d'identifications erronées de débris, d'épaves ou de blocs de glace ou d'écume dans l'eau dans l'eau et d'illusions d'optique. Pour d'autres, les histoires et les rapports de cette créature indiquent quelque chose d'inconnu et non découvert qui se cache dans le lac, bien que personne ne sache ce que cela pourrait être. Pour l'instant, ce lac froid du nord garde ses secrets secrets, et d'étranges habitants serpentent peut-être dans les profondeurs troubles au-delà de notre compréhension.


Créature absurde de la semaine : le ver parasite qui transforme les escargots en zombies disco

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

Ce sont des vers parasites qui dansent dans les yeux de l'escargot. Danser dans les yeux de l'escargot. C'est comme Fièvre du samedi soir, seulement avec plus de cécité et moins de poils sur la poitrine. GIF : Nurie Mohamed/Source : Gilles San Martin/Wikimedia

Pour réviser cet article, visitez Mon profil, puis Afficher les histoires enregistrées.

L'une des tortures les plus cruelles à infliger à un escargot est la douche salée, comme l'a pu en témoigner l'enfant au comportement difficile qui a grandi dans la rue de chez vous. C'est une mort horrible : le sel tire l'eau de la créature jusqu'à ce qu'elle périsse de déshydratation. Même si vous vivez en Floride, qui est envahie par des escargots géants d'un pied de long qui dévorent les maisons, veuillez ne pas les expédier avec du sel. Les escargots ont assez de problèmes comme ça.

Mère Nature, voyez-vous, a concocté une punition encore plus sadique pour l'humble escargot. C'est appelé Leucochloridium, et c'est un ver parasite qui envahit le pédoncule oculaire d'un escargot, où il pulse pour imiter une chenille (dans les cercles de la biologie, cela est connu sous le nom de mimétisme agressif - un organisme prétendant être un autre pour attirer une proie ou se faire manger). Le ver contrôle alors mentalement son hôte à l'air libre pour que les oiseaux affamés lui arrachent les yeux. Le ver se reproduit dans les entrailles de l'oiseau, libérant ses œufs dans les excréments de l'oiseau, qui sont joyeusement mangés par un autre escargot pour terminer tout le cycle de vie bizarre.

C’est une existence aussi brillante qu’étrange. Mais alors que la science a su Leucochloridium pendant plus d'un siècle, ce n'est qu'en 2013 que le biologiste Tomasz Wesołowski de l'université polonaise de Wrocław a confirmé que le ver est effectivement capable de manipuler ses escargots hôtes. (Plus précisément, les escargots ambrés - comme beaucoup d'autres parasites contrôlant l'esprit, ils sont très spécifiques à l'espèce, c'est-à-dire qu'ils sont incapables de manipuler le comportement de plus d'une espèce.)

À l'intérieur de l'escargot, dit Wesołowski, tout le grand spectacle commence lorsque l'œuf ingéré se transforme en ce qu'on appelle un sporocyste, "qui ressemble à un tas de tissu blanchâtre, assis principalement dans le foie de l'escargot. Et puis il grandit comme une tumeur, plus ou moins. Il n'a pas de bouche, donc comme de nombreux vers parasites, tels que le ver de crin qui infecte et contrôle l'esprit des grillons, il reste simplement assis à absorber les nutriments durement gagnés par l'escargot à travers sa peau. Comme un clubber buvant de la vodka Red Bulls, il aura besoin d'énergie pour danser.

Comme s'il ne suffisait pas d'être méchant, Leucochloridium castre aussi son hôte. Cela a un bon sens sur le plan de l'évolution : l'énergie normalement dépensée pour produire des œufs et du sperme (les escargots sont hermaphrodites) sert à soutenir le ver. Ainsi, rempli de la nutrition requise, le sporocyste envoie des branches qui traversent le corps de l'escargot et dans ses pédoncules oculaires, également appelés tentacules, où il forme un sac à couvain plein de larves. Ce sont ces larves qui finissent par faire du disco.

Maintenant, cela vaut la peine de parler un instant de la physiologie des mirettes d'escargots. Au bout du tentacule se trouve un ocelle rudimentaire, qui n'est vraiment bon que pour discerner la lumière et l'obscurité. L'escargot ne peut pas voir la couleur et le pédoncule n'a pas les muscles nécessaires pour se concentrer. Mais ce que l'escargot a, ce sont des muscles qui rétractent les tentacules, qu'il peut ensuite redéployer en les pompant pleins de liquide.

Croquis de Leucochloridium. Remarquez le petit morceau de fuite, qui ramènerait au sporocyste dans le foie de l'escargot.

Pas si vite, dit le Leucochloridium. Il gonfle tellement le tentacule que l'escargot n'est plus capable de le rétracter, de sorte que l'hôte se retrouve avec un énorme œil stroboscopique de larves qui semble extrêmement délicieux pour les passereaux. (Ce sont les types d'oiseaux avec trois orteils tournés vers l'avant et un autre tourné vers l'arrière, ce que vous trouverez généralement dans votre jardin, à moins que vous ne viviez en Antarctique et que votre quartier ne regorge de pingouins.) Et à quoi ressemble le monde pour un escargot avec des yeux de ver, c'est n'importe qui deviner, mais je suis prêt à parier que c'est un peu vertigineux.

Le ver, cependant, a un problème : les escargots sont en grande partie nocturnes, et les passereaux, qui chassent à vue, ne le sont certainement pas. Alors une fois le Leucochloridium s'est suffisamment développé dans le pédoncule oculaire, il commence à manipuler le comportement de son hôte, le forçant à affronter les nombreux dangers de la lumière du jour, où les prédateurs pullulent et le soleil se dessèche rapidement. Il utilise probablement des produits chimiques, mais comment il est capable de réaliser cet exploit incroyable reste un mystère, tout comme les secrets chimiques de nombreux autres parasites zombifiants (bien que les scientifiques progressent dans le décodage des composés que le Ophiocordyceps champignon utilise pour prendre le contrôle des fourmis).

Donc assez bizarrement le Leucochloridium les vers doivent eux-mêmes connaître la différence entre la nuit et le jour. "Ce qui est le plus étonnant, c'est que ces sacs à couvain ne vibrent qu'à la lumière du jour", a déclaré Wesołowski. "Ils n'ont rien de photosensible - aucune trace, disons, d'aucun système nerveux, aucun organe des sens. Rien. Pourtant, ils reconnaissent quand cela vaut la peine de pulser et quand cela ne vaut pas la peine de pulser. C'est donc très, très inhabituel. Personne ne sait comment cela a été réalisé.

Wesołowski a également découvert que les escargots infectés sont jusqu'à trois fois plus actifs que leurs pairs non zombifiés : il en a même observé un qui parcourait 3 pieds en seulement 15 minutes. Cela peut ne pas vous sembler impressionnant, avec vos jambes fantaisistes et tout, mais "pour un escargot, c'est une course", a-t-il déclaré. De plus, il a découvert que les vers convainquaient leur hôte de rester « sur les parties supérieures des plantes et des endroits plus élevés. Donc, tout cela combiné les a rendus plus faciles à repérer par les oiseaux en quête de nourriture. »

Un escargot ambré qui se demande pourquoi il prend même la peine de se lever le matin.

Et au moment des comptes, l'escargot se retrouve les yeux arrachés. Mais comme les oiseaux ne s'attaquent généralement pas aux escargots - uniquement lorsque leurs globes oculaires ressemblent à des chenilles - ils s'envoleront sans manger le reste du corps. (Si le pédoncule se rompt tout seul, la fausse chenille se répandra sur une feuille et vibrera pendant un certain temps avant de se dessécher. Les vers vraiment, vraiment veulent se faire manger.) Heureusement, ou peut-être horriblement, l'escargot non seulement survivra, mais régénérera les tentacules et les ocelles perdus et retrouvera la capacité de se reproduire. C'est en fait très bénéfique pour ces parasites, car l'escargot blessé finit par devenir un autre hôte potentiel capable de produire beaucoup plus d'hôtes potentiels.

Et ainsi, le cycle recommence à mesure que les vers grandissent et se reproduisent dans l'intestin de l'oiseau. Curieusement, cependant, Leucochloridium et d'autres vers dits trématodes (qui sont tous des parasites, mais pas nécessairement des zombifiers) semblent avoir compris comment sauter une étape. Ils appartiennent au phylum des vers plats, dont les membres passent généralement par deux hôtes intermédiaires sur le chemin de leur hôte principal, selon Wesołowski-le premier pour Leucochloridium étant juste l'escargot et ce dernier l'oiseau. Le ver intestinal Métagonimus yokogawai, par exemple, commence dans les escargots, qui sont mangés par les poissons, qui, s'ils ne sont pas cuits correctement par les humains, finissent dans nos entrailles.

Les différences de mode de vie entre ces vers montrent de manière plutôt effrayante à quel point les parasites peuvent être divers et opportunistes dans le règne animal. Si vous pouvez le croire, plus de la moitié de toutes les créatures sur Terre sont en quelque sorte des parasites, donc nous, les humains, sommes en minorité dans le règne animal. Mais si cela signifie ne pas danser dans des yeux d'escargot ou traîner dans des intestins d'oiseaux, alors colorez-moi reconnaissant.


Hallucigenia : les paléontologues reconstruisent une créature ressemblant à un ver cambrien

Des paléontologues de l'Université de Toronto et de l'Université de Cambridge, au Royaume-Uni, ont découvert qu'une étrange créature d'il y a 505 millions d'années, connue sous le nom de Hallucigenie en raison de son apparence étrange, avait une gorge bordée de dents en forme d'aiguilles - une caractéristique non identifiée auparavant qui pourrait aider à relier les points entre elle, les vers de velours modernes et les arthropodes.

Reconstitution de Hallucigenia sparsa. Crédit image : Danielle Dufault.

Les arthropodes, les vers de velours et les ours d'eau appartiennent tous à un grand groupe d'animaux connus sous le nom d'ecdysozoaires. Bien que Hallucigenie n'est pas l'ancêtre commun de tous les ecdysozoaires, c'est un précurseur des vers de velours.

"Bien que nous sachions que les animaux de ce groupe sont unis par le fait qu'ils muent, nous n'avons pas été en mesure de trouver de nombreuses caractéristiques physiques qui les unissent", a déclaré le Dr Martin Smith de l'Université de Cambridge, auteur principal de l'article. rapporter les résultats dans le journal La nature.

Trouver un arrangement de gorge auparavant inconnu dans Hallucigenie a aidé le Dr Smith et son collègue, le Dr Jean-Bernard Caron, à déterminer que les vers de velours avaient à l'origine la même configuration, mais qu'elle a finalement été perdue au cours de l'évolution.

« Il s'avère que les ancêtres des animaux en mue étaient bien plus avancés sur le plan anatomique que nous n'aurions jamais pu l'imaginer : des vers en forme d'anneau, portant des plaques, avec une gorge blindée et une bouche entourée d'épines. On pensait auparavant que ni les vers de velours ni leurs ancêtres n'avaient de dents. Mais Hallucigenie nous dit qu'en fait, les ancêtres des vers de velours en avaient et que les formes vivantes ont juste perdu leurs dents au fil du temps », a déclaré le Dr Caron.

Hallucigenie mesurait de 10 à 50 mm de long et vivait il y a 505 millions d'années lors de l'explosion cambrienne, une période d'évolution rapide au cours de laquelle la plupart des principaux groupes d'animaux apparaissent pour la première fois dans les archives fossiles.

Hallucigenia sparsa des schistes de Burgess. Le fossile mesure 15 mm de long. Crédit image : Jean-Bernard Caron.

Au début, l'animal a jeté les scientifiques un peu en boucle. Lorsqu'il a été identifié dans les années 1970, il a été reconstruit à la fois à l'envers et à l'envers : les épines le long de son dos étaient à l'origine considérées comme des jambes, ses jambes étaient considérées comme des tentacules le long de son dos et sa tête était confondue avec sa queue.

À l'endroit et dans le bon sens, Hallucigenie semble toujours assez étrange : il avait des paires de longues épines le long de son dos, sept paires de pattes se terminant par des griffes et trois paires de tentacules le long de son cou.

Plus significativement, HallucigenieEn raison de son apparence surnaturelle, il a été difficile de le lier aux groupes d'animaux modernes et de trouver sa place dans l'Arbre de Vie.

Une étude réalisée en 2014 par des paléontologues de l'Université de Cambridge a partiellement résolu ce problème en étudiant la structure de Hallucigenieles griffes de , qui ont permis de le lier définitivement aux vers de velours modernes.

Dans la nouvelle étude, les Drs Smith et Caron ont utilisé la microscopie électronique pour examiner les fossiles des collections du Musée royal de l'Ontario et de la Smithsonian Institution.

« Avant notre étude, il y avait encore une certaine incertitude quant à l'extrémité de l'animal qui représentait la tête et l'autre à la queue. On pensait à l'origine qu'un grand globe en forme de ballon à une extrémité du spécimen était la tête, mais nous pouvons maintenant démontrer qu'il ne faisait pas du tout partie du corps, mais une tache sombre représentant des fluides de décomposition ou le contenu intestinal qui suintait car l'animal a été aplati pendant l'enterrement », a déclaré le Dr Smith.

Identifier cette extrémité comme la queue a conduit l'équipe à revisiter les fossiles et à creuser les sédiments qui recouvraient la tête : les animaux sont morts alors qu'ils étaient ensevelis dans une coulée de boue, et leur tête tombante finissait souvent par pointer dans la boue.

« Cela nous a permis d'obtenir les nouvelles images de la tête. Lorsque nous avons mis les fossiles au microscope électronique, nous espérions au départ pouvoir trouver des yeux, et nous avons été étonnés lorsque nous avons également trouvé les dents qui nous sourient », a déclaré le Dr Caron.

Les nouvelles images montrent une tête allongée avec une paire d'yeux simples, qui se trouvaient au-dessus d'une bouche avec un anneau de dents. En outre, Hallucigeniesa gorge était bordée de dents en forme d'aiguille.

L'anneau de dents qui entourait la gueule de l'animal contribuait probablement à générer une succion, se fléchissant vers l'intérieur et l'extérieur, comme une valve ou un piston, afin d'aspirer sa nourriture dans sa gorge.

Les scientifiques pensent que les dents de la gorge fonctionnaient comme un cliquet, empêchant la nourriture de glisser hors de la bouche chaque fois qu'elle prenait une autre tétée.

Martin R. Smith et Jean-Bernard Caron. Hallucigeniela tête et l'armature pharyngée des premiers ecdysozoaires. La nature, publié en ligne le 24 juin 2015 doi: 10.1038/nature14573


Quelle est cette étrange créature ressemblant à un ver ? - La biologie


Qu'est-ce que c'était que cette chose ?
Par James Neff
[email protected]
3-21-4

Pendant de nombreuses années, les gens ont photographié et observé des phénomènes aériens très étranges qui dépassent de loin la construction classique de la "soucoupe volante", encore plus loin du domaine d'un simple objet volant non identifié.

Ces choses semblent être vivantes. Biologique. Des créatures en quelque sorte. Et beaucoup sont apparemment assez énormes. Monstres célestes, dites-vous ? Bah ! Je connais. C'est le réflexe de tout esprit rationnel. Naturellement. Mais il reste, ils sont vus. Ils ont été photographiés. Nous ne savons pas ce qu'ils sont, mais ils le sont. ou tout le monde ment et les photos sont toutes fausses et l'histoire elle-même est remplie des mêmes mensonges de toutes les civilisations de la planète. Ce n'est pas très probable. Ils ne ressemblent à aucune sorte de machines connues de l'homme et ne ressemblent pas aux ovnis classés classiquement par forme, tels que sphères, cylindres, engins en forme de cigare, engins en forme de talon, delta, etc. Ils vont de créatures ressemblant à des gargouilles à plasmas de type amibe. Non, ce sont des spectacles vraiment bizarres et effrayants, donc on doit se demander s'il y a un quelconque rapport avec le phénomène OVNI. Ou avons-nous affaire à un aspect des ovnis/extraterrestres jusqu'ici non développé, non étudié simplement parce que c'est si étonnant, si étrange -- l'OVNI en mutation, l'engin de transition, qui change de forme, qui change de forme ? Cela amène presque la métaphysique directement dans l'ordinateur central ufologique avec un bruit sourd et méchant. Et cela rend probablement la plupart des ufologues typiques un peu mal à l'aise. et se sentir quantique non qualifié.

Alors qu'est-ce que c'est que ces trucs ? Qu'il s'agisse de créatures humanoïdes au visage féroce qui fondent et attaquent les êtres humains - comme dans le cas du policier Leonardo Samaniego de Guadalupe, N.L. Le Mexique qui a connu un monstre volant des plus diaboliques le vendredi 16 janvier 2004. L'officier Samaniego a décrit la créature comme une femme qui lévitait et ". a sauté très vite sur - et sur - la voiture de patrouille de [Samaniego] en essayant de l'atteindre tandis que le policier choqué a essayé de s'enfuir en marche arrière tout en criant désespérément pour une assistance de secours sur sa radio - ou - la créature volante comme rapporté ici sur Rense.com qui a traversé une route dans les airs, comme en a été témoin un mineur au Chili en septembre 2001 - "Il volait le long des lignes électriques et juste en dessous du système d'éclairage. Il n'a jamais fait de bruit. Sa vitesse devait être d'environ 50 kilomètres à l'heure. Bien que je ne puisse pas voir son visage, j'ai pu voir que sa tête était ovale comme une poire à l'envers. La créature avait l'air humanoïde" - ceux-ci défient certainement toute logique et laissent vraiment perplexe. Peut-être pouvons-nous et devons-nous reléguer de telles expériences à la cryptozoologie ou même au surnaturel, et ce faisant, dégager le pont pour un examen plus organisé des phénomènes aériens. Il est difficile d'attribuer une telle expérience à l'une ou l'autre catégorie alors que nous en savons si peu sur ces étranges manifestations. L'élément contraignant ici est que chacun d'eux démontre l'antigravité ou la capacité de vol. Les Foo Fighters, comme les appelaient les aviateurs de la Première Guerre mondiale, ou même les Gremlins - des créatures censées être capables de voler et d'atterrir sur l'aile d'un avion et de causer des ravages - semblent appartenir à cette même catégorie.

L'homme aux mites
Les événements étranges liés au Mothman ont commencé le 12 novembre 1966 près de Clendenin, en Virginie-Occidentale. Cinq hommes se trouvaient dans le cimetière local ce jour-là, préparant une tombe pour un enterrement, lorsque quelque chose qui ressemblait à un "être humain brun" s'est envolé de quelques arbres à proximité et a survolé leurs têtes. Les hommes étaient déconcertés. Il ne semblait pas être un oiseau, mais plutôt un homme avec des ailes. Quelques jours plus tard, d'autres observations auraient lieu, électrisant toute la région. Pour en savoir plus sur le Mothman, voir http://www.prairieghosts.com/moth.html

De Barry Chamish en Israël, nous avons ce rapport inhabituel d'une entité humanoïde capable de voler. Le 19 octobre 1997, le magazine d'information israélien Yerushalayim a rapporté que la police palestinienne enquêtait sur leur premier enlèvement extraterrestre. L'événement s'est produit trois jours auparavant lorsqu'une jeune fille, Suha A'anam du village de Dir Al Awasan près de Tulkarem, a été sauvée par d'autres villageois des griffes d'un extraterrestre. Le rapport de police indique que Suha, une élève de 10e année, se tenait sur son balcon du 2e étage quand soudain un extraterrestre a commencé à lui tirer la main gauche. Elle a crié hystériquement, alertant les voisins de la scène juste à temps pour la sauver. Elle a été emmenée à l'hôpital de Tulkarem avec des égratignures au bras. Une voisine a déclaré à la police qu'elle avait entendu un bruit d'hélicoptère, avait regardé par la fenêtre et avait vu "un tourbillon dans l'air, répandant des cendres partout" en face du balcon de Suha. Deux autres témoins ont vu des extraterrestres la même semaine. Six jours auparavant, Muhand Faras, âgé de seize ans, rentrait de l'école à pied lorsqu'il est tombé sur un être étrange de la taille d'un homme mais avec une petite "racine" au milieu du visage. Sa peau était colorée "comme celle d'une grenouille", elle avait deux petites mains avec trois doigts sur chacune et de longs ongles. The alien made a threatening, clawing gesture at Muhand's face, screamed something and "flew to the sky." He does not know where the creature flew because he "was too frightened to look at it anymore and thought it might shoot something dangerous" at him. Three days later, an engineer, Raid A'anam saw a black creature in the sky just before sundown. He told police investigators that the outline of the flying object was "human with two arms and two legs." Palestinian Police have since set up ambushes to trap the "intruders" and put an end to the villagers' terror. Needless to say, many villagers believe the Israeli intelligence agency, the Shabak is behind the sightings. When asked why the Israelis would stage such an incident, the villagers answered, "To scare us." The Constable Quantum - Creatures Of The Unseen Realm Like various insects beset with very specific visual spectra, we too remain absolutely blind to much of what is really there, our senses simply not atuned or designed to perceive beyond a given spectrum. Trevor James Constable is a name synonymous with the study of 'ethereal' beings and creatures inhabiting our skies, our atmosphere, our world -- even the UFO itself, according to Constable, can be a living bioform. Not unlike Dr. Pretorius in H.P. Lovecraft's eerie science fiction, From Beyond , we stand oblivious to the swarm of bioforms which inhabit the dimension of time-space around us. In order to become aware of these bioforms, we need to broaden our spectral perception. Dr. Pretorius, as the story goes, invented a powerful tuning fork, of sorts, which resonated a unique vibratory frequency corresponding to the human pineal gland, ie, "the third eye," which opened the doctor's perception to the unseen world around him. But even more, Pretorius inadvertently made a bridge between the two dimensions itself, bringing matter and super-matter of the fourth dimension into interplay on a single stage of time-space. The results were, of course, horrific as only H.P. Lovecraft could envision. Lovecraft takes us beyond the mere unseen occupants to a realization of an entirely alternative world with beings who view us as we might view tomorrow's hunted lunch.

In a far more realistic and comforting vein, Constable brings us just such a tuning fork by introducing a method of photographing bioforms using infrared film. Though not nearly as hungry or ghastly as Lovecraft's 4th dimensional critters, Constable has managed to capture quite a number of bioform entities which do seem to have equivalent photographic qualities one finds related to the classic UFO photograph. Orgone energy, as he explains, is often the culprit in distorted or blemished UFO photographs, and explains why quite often what the eyewitness recalls seeing is considerably different from what results on film emulsion. Are we indeed dealing with a 'macro-biology' in the study of the UFO phenomena? Should we be so quick to shake off any possibility surrounding the enigma, much less limit our thinking to the prosaic "space ship from another planet/extraterrestrial" motif? Constable, it seems, would have us embrace a universe fitting the universe we already know and understand, micro to macro, orders of kingdoms of nature and life forms extending on forever. And what could be more rational? Would it be such a shocking blow to UFOlogy to discover that the "alien" is not so alien at all?
This particular photo taken by Constable's daughter near a "cloud buster"
orgone energy transmitter is an excellent example of the photographed
"bioform" -- or "sky fish" as Trevor calls them. It may dip a little deep for some, to suggest that what we see, hear, feel, smell, taste and touch is not all that there is. But tell it to the fly, who sees a pane of glass as a solid black mass, or the bumble bee, which wouldn't know the splendor of the colors of a flower at all, it sees only the stark chemically stained signatures in black and white indicating a source of pollen. We both have eyes with which to see, the bee and me, but we do not see the same things in the same universe at all. Is it possible that we could be as oblivious to the presence of pollen as it would be to be blind to ships or beings or creatures beyond our spectral sensitivity? Is it far fetched to suggest that just outside of our limited spectrum of perception, with these weak instruments of detection we call our five senses, exists an entire menagerie, nay, a kingdom, of living beings, organisms and even worlds From Beyond ? If we are open to the UFO enigma, we must also be willing to embrace a paradigm which does not place man and his meager senses at the heart and soul of the universe.
The Crawfordsville Sky Monster In September, 1891, a very unusual story came out of the small town of Crawfordsville, Indiana. At about 2 a.m. on the morning of September 5, two men hitching a wagon saw a "horrible apparition" appear in the sky. About 100 feet in the air hovered a bizarre creature--somewhat like a serpent, with no visible head. It was about 20 feet in length and had several pairs of wings. Reverend G.W. Switzer, a Methodist preacher, and his wife also saw the bizarre creature. It appeared again the following day in the evening. Hundreds of residents of Crawfordsville watched the creature as it flew about and "squirmed as if in agony". It hovered at an altitude of about 300 feet and was heard to make a "wheezing, plaintive sound". After this second appearance, the Crawfordsville Monster vanished, and it has not been seen since. The case has been investigated only by Charles Fort, who wrote of it in Lo!, and Vincent H. Gaddis, who recounted the story in Mysterious Fires and Lights. The biggest problem in identifying the monster, in addition to its utterly bizarre appearance, is the fact that no one is really sure whether or not it is actually a cryptid, or, as some claim, some sort of strange UFO display. Super-Sized But what about when they are huge? Enormous! Gargantuan objects seen in the skies, like massive organic mother-ships from some sci-fi film about alien invasion? The image here at left was purported to have been taken by an Italian Dentist in Italy in July of 1999 in broad daylight. Little more is known about it than that the object was said to be extremely large, flying very high in the sky, emitting no sound and at a pace far too fast to be conventional aircraft or a balloon of somekind, and others who also witnessed the weird spectacle said its underside had 'lights like a UFO.' What is this grotesque, tentacled flying thing? A living creature or a ship of some kind? Could it be a UFO in a transitional phase morphing from one shape into another? The object bares a slight resemblance to the enormous, organic mother-ship of 'alien vampires' featured in the 1985 Tobe Hooper sci-fi film " Lifeforce ." Or consider the strange case of Bruno Ghibaudi, a scientific journalist who on April 27, 1961 was shocked to see this utterly bizarre 'flying machine' approach him rapidly from over the ocean, pass overhead and then jet off northward out of sight. Bruno managed to snap one picture of it before it zipped away. Is it a craft, or a creature? or both? Only recently, New Zealand photographer Michael White, while shooting a strange looking dark cloud managed to capture on film yet another enigmatic, organic looking craft or creature. According to his information, he was shooting the strange looking black cloud which he observed for more than thirty minutes, when it suddenly disappeared. It happened so suddenly he did not even realize what he captured on film, which defies explanation. The image is certainly no cloud. It's no bird or jet. The dark object has very distinct properties of shadow and light, is solid and appears to be considerably large. But this was not what the photographer saw with the naked eye at all. He says he felt the strange cloud sensed it was being photographed, as it simply vanished, leaving only this mysterious shape on film. The cloud, as he described it, was 'fiberous' and peculiar looking. Photo courtesy of Michael White
Cocoyoc, Mexico, November 3, 1973. A Mexican banker and his family saw a strange object approaching rapidly from the East in a clear afternoon sky. His wife said that the object was a round shape, and she drew her husband's attention to the object, and that while the distance between them and the object decreased they realized that it was not what they had initially thought: it was not a plane, neither a helicopter, nor even a competition balloon. The banker stopped the car on the side of the road and the passengers went out to get a better look at the object. The banker thought about his camera, took it, and made a first photograph at this time. February 2000 - Strangely Shaped UFO Photographed
(From This Month In UFO History) Stinson Lake, proximate to a U.S. army training area, may be an alien or government UFO base, or a focus of investigation or travel by aliens, one reason being possible mining as the area is rich in precious minerals. A Mirror ship was photographed directing a beam of light at the hillside. Two questions that come to mind are: What was it? And Why was it at an army operations area? I was given a photo last night of an object above the snow covered evergreens in the soupy late afternoon February sky of 2000 at Stinson Lake. It is not a painted object such as blue underneath and white on top, or black, or part metal and paint. It is like a mirror reflecting the milky white sky above and the forest below color for color, tone for tone, hue for hue with intensity above surrounding fields at nearest equator and diminishing below surrounding fields (slightly faded at outer or left and right edges) undeniably displaying a round or roundish shape. There are no wings and no engines noise according to the photographer. There is a shadow outlining its shape in a clearing below it and the same shadow is on the underside reflection. There's more. After closely examining the object utilizing digital enhancement techniques, globes are seen underneath with hints of green and white lights, a possible dome on top which almost completely blends in with the sky and globular energy field where there are color shifts in the pixel spectrum where there are no added colors but a reorganization of existing colors suggesting a mirage effect also seen with the Mexico videos. The shifted field forms a perfect globe around the object exactly touching is outer edge no matter the attitude of the craft. Sitting back a little from a 600% enlargement on the monitor screen, a field 'net' effect is obvious. The field appears webbed like a fish net formed into a globe and transparent white. Further, there is evidence of a beam of light pointing at a dark round spot also in a clearing on a nearby hill. Above the object is a mushroom shape distortion similar to the globular energy field but larger, which raises the question of the portal of origin or a second ship. It was so sudden, the photographer never had any indication of what was about to transpire as he shot landscape photographs in the otherwise peaceful environs around him. The photographer happened to be at the site near where the U.S. Army has historically conducted paratrooper and other training. The Army's conventional presence may well have been replaced by something extremely advanced. But the sightings have not diminished in that remote and tranquil location unlikely to be stumbled upon by any tourist. Copyright J. Foss 2001 All Rights Reserved
(Source: http://www.rense.com/general10/STUNEY.HTM ) The following images are from videos from both US and Europe.

Mona Farrell heard about the new crop circle very near her home in Wallacetown, Ontario and as she put it, "thought we'd go take a boo at it." This was the first crop circle Mona had ever visited.

"It was so impressive, the way it was laid down. it was just so flat. it was weaved together. " She said she believed it to be too perfect to have been man made. The circle appeared in late August of this year. While standing in the circle, Mona's friend Amy took a 35mm photo of her. It wasn't until the film was developed that they noticed the peculiar looking object in the sky above Mona. "It's certainly strange," she said, "I don't know what it is." Mona took the film to a lab and had the negative examined. They determined that whatever it is, it's not a defect on the film, but is actually in the scene and part of the natural photograph.

Subsequent to publishing this photo, we received several others matching the object almost exactly! The same mysterious object has been photographed around the world.

From http://www.ufoarea.com/events_russia_planes.html
As far as unknown forms of life in the upper layers of atmosphere are concerned, a weird accident happened to a small private plane in 1964 in Alaska. The pilot of that plane sent a SOS and managed to say something about very bright light and some weird creature in the sky. Then the connection stopped.

A satellite took a picture of a strange throbbing amoeba-like form, which looked like a living object. The satellite registered the creature in the upper layers of the Earth atmosphere. Ufologists believe that there are some unknown forms of life that inhabit the atmosphere of our planet. Time will tell if it is true or not.

Anthony Woods is not convinced that the hundreds and hundreds of UFOs he's videotaped in the skies of the UK are alien "craft" at all. After years of observation and careful documentation, Anthony feels that what he's capturing is somehow a living thing, at the very least a morphing energy of some kind that clearly can change shape at will and is definitely capable of transitions between the material and the non-material.

So, what are we dealing with? The skies are full of signs and wonders, some of them so akin to things we do recognize that we are want for a better term than merely "organic" or "creature," as they appear to be alive. Perhaps Bioform or Ultraterrestrials as others have labeled them will have to suffice for the time being. And yet, they are UFOs. they are 'unidentified flying objects' of the first class, deserving no less serious attention than those with which we have become accustom, whose exteriors appear machined in some fashion or which makes some sense to us aerodynamically (though not gravitationally).

They cannot all be run-away promotional balloons, as it appears is the case with this strange green sky creature that closely resembles the Japanese super-monster-hero Gamera , shot by WTVQ-TV Newschannel 36, an ABC affiliate in Lexington, Kentucky in the Summer of 2001. Man has been seeing flying creatures as well as flying craft of various kinds since the dawn of time. From flaming chariots to dragons in the heavens, flying people and animals both with and without means of propulsion or wings, the famed Vimana of Hindu scripture, angels, demons, witches and spectres The famed flying machines of the pre-flight era seen across Europe and America, sky-boats and strange, wingless arbiters of the skies, some of them even reported as being occupied by visible people.

Whether its wheels within wheels seen by ancient prophets, or sky devils. there's definitely something going on up there that is beyond what traditional UFOlogy has heretofore been preparing itself to handle. Now the question is, are we up to the challenge? How rut-stuck will UFOlogy be as these apparently increasing number of "aerial obscurities" begin to pop up on video for analysis and more eye witnesses see flap jacks with eyes rather than silver discs with lights? When the flying saucer takes a back seat to perhaps a larger, philosophical, even metaphysical question -- what is matter and energy -- then we are ready to tackle this enigma. What is the potential of energy, its force and ability to change shape, to conduct matter into form or substance? How much of the human mind and perception is involved? In whose hands are the reigns of the chariots of the gods? Is there something else behind the face of the grey? Who are the overlords of the UFO? And are we being exposed now to an altogether new dimension in surfing with the alien?


Commenter
Sean Amundson
3-26-04

Very good and thought provoking. About four years ago I had just gotten out of my car near my apartment. It was sunny and clear, about 4 o'clock in the afternoon and this "thing" that was floating in the air above the alley caught my attention. It was about 500 and feet away maybe a little more and about 100 ft off the ground. It was perfectly motionless with respect to direction but it's edges were fluttering or flapping like a sideways flag. I thought it was a big kite. I started walking closer. No It's not a kite. It's a lawn bag, no. It's a bird. "What the hell is that thing" is what I asked myself. I was really puzzled because I was close to it but couldn't tell what it was. I decided to run inside to get my binoculars. In the short minute and half it took to get the binocs the "magic carpet" as I have described it to friends, had moved west several blocks against the breeze and I couldn't hold the binocs steady enough to get a good look.

You have a photo by Michael White in your article that looks identicle to what I saw. From that photo one can see why I had a hard time describing it to my friends. They still think I saw a big black trash bag floating around in the air.

Do you know where that picture was taken?
My sighting was in San Diego Ca. 2000
Merci,
Sean Amundson


Yes, White's photo was taken in New Zealand. His object didn't move. It morphed and vanished! I've seen a few black trash bags caught in updrafts swirling around. They usually look like trash bags, too! - Neff


Que diable? Une créature marine étrange et visqueuse défie toute explication

Un amateur de plage a récemment découvert une vue étrange sur la côte californienne : une tache en décomposition blanche, noire et violette recouverte de sable.

Intriguée, la personne, qui utilise le pseudonyme Reddit xxviiparadise, a pris deux photos de la créature et les a postées en ligne, demandant : « Quelqu'un peut-il me dire ce que c'est ? À part un organe ?

C'est difficile à dire, mais la mystérieuse bête est probablement un lièvre de mer, un sidegill ou une patelle, ont déclaré des biologistes marins à Live Science. [En photos : créatures fantasmagoriques des grands fonds]

La créature déroutante &mdash découverte dans le parc d'État Leo Carrillo à Malibu &mdash pesait environ 7 livres. (3 kilogrammes) et mesurait environ 5 pouces (13 centimètres) de diamètre, a déclaré xxviiparadise dans le message.

"En raison de la décomposition de l'animal, il est difficile d'être certain de ce que cet animal a pu être", a déclaré à Live Science John Hyde, responsable du programme de génétique des pêches au Southwest Fisheries Science Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration à La Jolla, en Californie. dans un e-mail. "Cependant, il ressemble à un lièvre de mer noir (Aplysie vaccaria) qui sont assez courants dans ce domaine."

Les lièvres de mer, un groupe d'espèces de limaces de mer, appartiennent à la classe des gastéropodes. Si l'animal étrange était un lièvre de mer noir, cela pourrait expliquer sa grande taille : A. vaccaria est le plus gros gastéropode du monde et peut peser jusqu'à 30 lb. (13,6 kg) et poussent jusqu'à 29 pouces (75 cm), selon l'Aquarium of the Pacific de Long Beach, en Californie.

Mais tout le monde n'est pas d'accord avec cette interprétation.

"Je suis sûr que ce n'est pas un lièvre de mer", a déclaré Greg Rouse dans un e-mail à Live Science. Rouse est professeur de biologie marine à la Scripps Institution of Oceanography de l'Université de Californie à San Diego.

Les images montrent que la créature a une jante, et "les lièvres de mer sont assez mous", a déclaré Rouse. "Ils ont une coque interne &mdash cela pourrait être cela &mdash mais l'explication la plus probable pour moi était le sidegill."

S'il s'agit d'un sidegill (un autre type de limace de mer), c'est probablement Pleurobranche californica, dit Rouse.

P. californicaest de couleur terre : il est coloré avec des taches brun clair, brun plus foncé et de petites taches blanchâtres, selon le Sea Slug Forum. Il a une grande branchie sur son côté droit (d'où le nom, sidegill, bien que la branchie ne soit pas visible sur les photos), et un pied large et musclé qui l'aide à se déplacer.

Ces limaces de taille moyenne à grande vivent généralement en eau profonde, d'environ 10 pieds à 1 200 pieds (3 à 400 mètres) sous la surface de l'eau, où elles s'attaquent avec voracité aux invertébrés tels que les vers et les poissons, y compris les leurs, ce qui les rend cannibales, selon le Sea Slug Forum.

Les données de chalutage suggèrent que P. californica les œufs éclosent au milieu de l'été, mûrissent à l'automne et se reproduisent pendant les mois d'hiver, selon Slug City, un site Web géré par Rhanor Gilette, professeur émérite de physiologie moléculaire et intégrative à l'Université de l'Illinois. Si tel est le cas, alors peut-être que la créature que xxviiparadise a vue était un jeune sidegill. [Marine Merveilles : Photos spectaculaires de créatures marines]

Ou, il pourrait s'agir d'un Megathura crenulata, plus communément connue sous le nom de grande patelle, qui vit le long de la côte du sud de la Californie à la Basse-Californie, au Mexique, selon la base Sea Life. Ces patelles peuvent mesurer jusqu'à 5 pouces (12,5 cm) de diamètre et ont une petite coquille sur le côté gauche de leur corps.

"Ce qui m'a fait penser que ce n'était peut-être pas un sidegill, c'est qu'il y avait une pigmentation noire", a déclaré Rouse. "C'est à ce moment-là que j'ai pensé que c'était peut-être une patelle en trou de serrure. Mais encore une fois, c'est un peu gonflé et vous ne pouvez pas voir la coquille sur la photo car elle aurait été sur le côté gauche."

Dans l'ensemble, Rouse a déclaré que la créature est probablement un sidegill, même s'il n'a "jamais entendu parler d'elle atteignant 7 livres, mais il est difficile de voir quelle est l'échelle de cette image, bien sûr".

Whatever the answer, the biologists agreed on one issue: the round, purple parts bulging out of the creature are likely its gut, which has bloated since its death, they said. They also added a note to beachgoers: Next time you photograph a strange, dead critter, put an object next to it for size comparison.


Blue Larvae in Bedroom May Be Labyrinth Moth Caterpillars

Several worm-like creatures have been found in this reader’s daughter’s room, and she asks if we happen to know what they are. The creatures in question appear to be blue in color, with segmented, legless bodies, and a white, flat face with two discolored orbs in the center.

The closest thing we found to a match with our reader’s worm is the caterpillar of the labyrinth moth (Phaecasiophora niveiguttana). However, that larva is far longer, with a round, blue head, clearly distinguished from its body. That being said, the segmentation, coloration and general shape of the body matches. The creature our reader found looks like it could be a labyrinth moth larva if it were cut in half. It is especially difficult to distinguish what the white, flat surface on the left end of the creature is is it a face or its insides? We would definitely be interested to see pictures of the other worms our reader found, seeing as she reports finding “a lot” of them. We wonder if they would all have the same appearance.

So, despite not being able to say for certain if this is a labyrinth moth caterpillar or not, what we can say is how to deal with this infestation. First, one would want to locate the source of the larvae, which is usually indicated by dense populations of the larvae and trails of waste materials or webbing left behind. Luckily for our reader, her daughter seems to have found the source already: her room. The number of larvae found in her room indicate that. This also indicates that they likely hatched in that room as well. Our reader will want to look under and in wardrobes, drawers, beds, and any furniture that might house small and dark spaces where bugs could hide. Secondly, she will want to vacuum up any eggs and webbing found, as well as move any larvae outside. Thirdly, she may want to launder any textiles in the room and around the home, so any eggs and/or larvae that got stuck to the material will be eliminated. Of course, our reader did not mention specifically where in the room the larvae were found, so this might not be necessary as the labyrinth moth is not known to be a clothes moth, and so the larvae might not even have ventured to those kinds of places.

In fact, not much is recorded about this moth at all in terms of its biology and behavior, so we are not certain what its diet actually consists of, and we cannot be sure what led to these larvae being discovered in a mass quantity in our reader’s daughter’s room. There are species of moth caterpillars that feed on animal-based textiles, such as the webbing clothes moth larva, and so perhaps this larva was likewise attracted to some kind of material in the room that it could eat. However, given that a bunch were found concentrated in one spot, we would assume that the larvae were found there simply because the mother moth flew into the room and laid her eggs there, either because it was an adequate climate and was sheltered from weather, or simply because it was time.

To conclude, we are not sure what these larvae in our reader’s daughter’s room are, but we are leaning toward identifying them as labyrinth moth caterpillars, as that is what they most closely resemble. If our reader has any more pictures of any of the other larvae in the room, we would be happy to look at them to potentially provide a more confident identification. Likewise, if any of our other readers have any clues as to what these larvae might be, they are free to voice their suggestions in the comments below!


Voir la vidéo: Les Créatures Les Plus Mystérieuses Jamais Identifiées (Décembre 2021).