Informations

La posture est-elle importante lorsque vous buvez de l'eau?


J'ai entendu beaucoup de gens (d'où je viens, en Inde) dire qu'il faut boire de l'eau assis, pas debout. Récemment, je suis également tombé sur une vidéo qui disait la même chose (lien). La raison invoquée est que lorsque vous buvez de l'eau debout, elle va au côlon trop vite, alors qu'en position assise, l'eau est mieux absorbé par les organes. Est-ce vrai? Existe-t-il une base biologique pour laquelle je devrais boire de l'eau assis ?

J'ai essayé de trouver de la littérature sur ce sujet, mais apparemment il n'y en a pas beaucoup. J'ai trouvé cet article où ils ont essayé de voir le taux de passage de l'eau dans le tractus gastro-intestinal des lapins, mentionnant comment l'eau va de l'estomac au caecum jusqu'au gros côlon proximal, mais n'ont évidemment pas étudié la posture.

Remarque: je pense que cette question appartient mieux ici que Skeptics.SE car je cherche une explication biologique


L'estomac est équipé de la valve pylorique pour réguler le flux transpylorique vers le duodénum.

Les boissons froides et chaudes stimulent un modèle de motilité associé à un retard du flux transpylorique.

La valve pylorique est responsable de l'acidification de l'eau que vous buvez, et si la protection du corps contre les amibes et la dysenterie dépendait de la position du corps, ce serait une faible performance de survie, étant donné que la posture sédentaire est associée à de moins bons résultats pour la santé, y compris un risque accru de type 2 diabète. Vous bénéficierez de la réduction du temps passé assis chaque jour et de l'interruption des périodes de sédentarité, aussi souvent que possible. Son ouverture au repos est de 3 mm, il est donc très difficile pour l'estomac de retenir l'eau nécessaire pour une santé optimale. Il est fort probable que l'eau soit conservée suffisamment de temps pour l'exposer aux acides de l'estomac, quelle que soit la position du corps, puis qu'elle soit transmise. L'eau ne s'écoule pas directement dans l'estomac comme un tube droit lorsqu'il est vide.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1382811/pdf/gut00528-0043.pdf


Tout d'abord : l'eau en bouteille pure, traitée par osmose inverse, N'A PAS DE NUTRIMENTS. Deuxièmement, de tout ce que vous avalez, rien ne va trop vite sur le chemin du côlon. L'intestin grêle est un réseau de tubes torsadés d'environ 20 pieds de long. Rien ne passe par là "Trop vite".

Sources : https://carta.anthropogeny.org/moca/topics/smalllarge-intestine-length-ratio


Une explication sur l'eau et votre corps

Récemment, j'ai réalisé que je me sentais assez déshydraté, peu importe combien je buvais, et que je ressentais un manque général d'énergie et de pensée claire. Cela est en partie dû au fait que c'est l'hiver. Une autre partie est d'être actif la plupart des nuits de la semaine dans un sport ou un autre et de transpirer l'eau de mon corps. Mais ensuite, une partie de moi a commencé à penser que pourquoi, quelle que soit la quantité d'eau que je bois, ai-je toujours soif ?

J'ai donc commencé à faire des recherches sur l'eau et le corps. De la plupart de mes questions, j'ai trouvé des réponses, et d'autres questions ont fourni des réponses assez basiques qui ne m'ont mené nulle part.

J'ai mis cela en place ci-dessous sous forme de questions avec les réponses que j'ai trouvées. Espérons qu'au moins l'un d'entre eux répondra à quelque chose que vous vous demandez, ou au moins vous rendra plus intelligent. N'hésitez pas à étonner vos amis en en sachant plus qu'eux sur ce sujet.


Équilibre de l'eau et du sodium

L'eau et le sodium sont étroitement liés et régulés par des mécanismes complexes. Le volume d'eau que vous avez dans votre corps et sa concentration en sodium (et autres électrolytes) ne changent pas beaucoup, même avec des changements importants dans l'apport alimentaire en sodium et/ou en eau, selon le Manuel Merck. C'est parce que, si jamais cet équilibre est rompu, ces mécanismes soit excrètent l'excès d'eau et de sodium, soit déclenchent votre soif pour vous faire boire plus d'eau.

La quantité (ou concentration) de sodium par volume de fluide corporel est appelée osmolarité. Pour que vous restiez en bonne santé, l'osmolarité doit rester dans une certaine plage. Cela signifie que si vous perdez beaucoup d'eau à cause de la transpiration, par exemple, et que la concentration d'eau dans votre corps diminue, votre corps commence à excréter du sodium dans votre urine à l'aide de vos reins. Se débarrasser du sodium supplémentaire aide à maintenir l'osmolarité, puisque le volume d'eau a diminué.

D'un autre côté, si vous buvez beaucoup d'eau et que le volume de votre fluide corporel augmente, le corps retiendra en fait le sodium dans le but de maintenir cette osmolarité afin que le fluide ne soit pas trop dilué. De même, si vous consommez trop de sodium, le corps retiendra l'eau pour maintenir la même concentration. C'est pourquoi consommer beaucoup de sodium est lié à l'hypertension artérielle.

Étant donné que le corps retient l'eau et le sodium avec une consommation croissante de l'un ou de l'autre, le volume de liquide dans les vaisseaux sanguins augmente (même si le diamètre des vaisseaux sanguins ne change pas) et le cœur doit travailler plus fort pour le pomper. En d'autres termes, votre corps essaie de pousser une plus grande quantité de liquide à travers le tunnel de même taille. Cela exerce une pression supplémentaire sur le cœur et les vaisseaux sanguins.

Pour environ 25 pour cent de la population, qui sont décrits comme "sensibles au sel", cela se produit immédiatement après avoir mangé un repas riche en sel et n'est que temporaire, selon un rapport de septembre 2015 dans Avis nutritionnels. Pour d'autres, cela conduit à une hypertension artérielle chronique. Heureusement, il existe des moyens naturels pour abaisser la tension artérielle qui sont assez simples à incorporer.


Sujet de connaissance 1 : Biologie

Thème 1 : Biologie cellulaire

Vous devez savoir certains organites cellulaires (parties de cellules), leurs fonctions et s'ils se trouvent dans les cellules animales ou végétales.

Structure cellulaire animale

Lysosomes contenir des enzymes. Les lysosomes digèrent les aliments ou décomposent la cellule lorsqu'elle meurt.

Mitochondries sont des organites qui agissent comme un système digestif, qui absorbe les nutriments, les décompose et crée des molécules riches en énergie (ATP) pour la cellule.

Les noyau cellulaire agit comme le cerveau de la cellule. Il contient l'ADN de la cellule, ou l'information génétique, à partir de laquelle les protéines sont fabriquées (voir Thème 2, à venir). Il aide également à contrôler l'alimentation, les mouvements et la reproduction.

Chloroplastes n'existent que dans les cellules végétales et aident au processus de photosynthèse, convertissant la lumière en énergie (ce que seules les plantes font, pas les animaux).

Les membrane cellulaire contient tous les morceaux de la cellule et sert de barrière entre la cellule et les autres cellules.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de question pour laquelle vous avez besoin de comprendre ces organites pour sélectionner la bonne réponse. La réaction chimique mentionnée dans le passage était la photosynthèse.

Sachant que la photosynthèse se produit dans les chloroplastes, je peux correctement choisir la réponse F.

Mais nulle part dans le passage il n'est dit que les chloroplastes sont l'endroit où se produit la photosynthèse ! C'est un fait que vous avais à savoir avant le test.

Bien qu'il existe de nombreux autres organites, ceux énumérés ci-dessus et les ribosomes (que je couvrirai dans le prochain sujet) devraient être les seuls organites que vous devez connaître pour le test. De plus, vous ne devriez pas avoir besoin de connaître d'autres informations sur ces organites. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces sujets, cliquez ici.

Sujet 2 : ADN, ARN, ribosomes et synthèse de protéines

L'ADN contient l'information génétique nécessaire à la fabrication des protéines (synthèse des protéines). La synthèse des protéines implique l'ADN, l'ARN, les ribosomes et les protéines. L'ADN sert de modèle pour la production de protéines.


Le processus de synthèse des protéines

ARN messager (appelé ARNm) fait une copie de la séquence d'ADN d'un gène spécifique. Ce processus est connu sous le nom transcription et se passe dans le noyau.

Une fois l'ARNm fabriqué, il quitte le noyau et pénètre dans le cytosol de la cellule. Ribosomes utilisez l'ARNm comme guide pour fabriquer une protéine de la même séquence d'acides aminés que l'ADN d'origine. Le processus de production de protéines à partir de l'ARNm est appelé Traduction. Ainsi, le processus de synthèse des protéines se compose de deux étapes : la transcription de l'ADN en ARNm et la traduction de l'ARNm en protéine. Si vous souhaitez lire un résumé plus détaillé, cliquez ici.

Thème 3 : Sélection naturelle

La sélection naturelle est également connue sous le nom de « survie du plus apte ». Dans un environnement spécifique, les traits qui permettent aux organismes de se reproduire plus efficacement deviendront plus courants et les traits qui réduisent le succès de reproduction deviendront moins courants. Un exemple classique de ceci est le changement de couleur de la mite poivrée pendant la révolution industrielle.

En Angleterre, la combustion du charbon pendant l'industrie a fait passer l'écorce des arbres du brun clair au brun foncé. Le papillon poivré s'est parfaitement intégré et a été caché des prédateurs. Cependant, une fois les actes d'air pur passés, les arbres sont rapidement revenus à une couleur plus claire, rendant les papillons sombres facilement visibles pour les prédateurs. Pendant ce temps, les papillons de couleur plus claire étaient toujours cachés et ont survécu pour pondre des œufs. Ainsi, à cause de la sélection naturelle, au fil des années, les papillons sont passés de la couleur foncée à la couleur claire ! Cliquez ici pour plus d'informations.

Les forts survivent, les faibles s'accrochent

Thème 4 : Gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre sont des gaz qui piègent la chaleur dans l'atmosphère. La lumière du soleil peut les traverser lorsqu'elle se dirige vers la terre, mais les gaz à effet de serre empêchent la chaleur produite par la lumière du soleil à la surface de la Terre de quitter l'atmosphère. Cela signifie que la chaleur reste proche de la Terre, augmentant la température de la planète. L'activité humaine a entraîné une augmentation de la quantité de gaz à effet de serre dans l'atmosphère au cours des dernières décennies, et ils sont un contributeur majeur au changement climatique.

Il existe six principaux gaz à effet de serre :

  • Dioxyde de carbone (CO2)
  • Méthane (CH4)
  • Protoxyde d'azote (N2O)
  • Ozone (O3)
  • Vapeur d'eau (H2O)
  • Gaz fluorés (également appelés chlorofluorocarbures ou CFC)

Regardez cet exemple de question :

La bonne réponse est J car le méthane (CH4), en tant que gaz à effet de serre, absorbe la chaleur non pas lorsqu'elle pénètre dans la terre depuis l'espace, mais lorsqu'elle remonte de la terre. Cela provoque un réchauffement.

Sujet 5 : Photosynthèse et respiration

La photosynthèse est le processus par lequel les plantes captent la lumière du soleil pour se nourrir. Au cours de la photosynthèse, la plante absorbe du dioxyde de carbone, de l'eau et de l'énergie, et elle produit du glucose (qu'elle consomme pour vivre) et de l'oxygène (que les humains et les autres animaux respirent). Vous n'avez pas besoin de mémoriser la formule de la photosynthèse, mais vous pouvez la voir sur l'ACT, et il est utile de la comprendre à l'avance. Voilà à quoi ça ressemble :

La respiration est fondamentalement l'inverse de la photosynthèse. La respiration est lorsque les cellules décomposent les molécules en un type d'énergie qu'elles peuvent utiliser. Alors que seules les plantes passent par la photosynthèse, les plantes et les animaux passent par la respiration. Lors de la respiration, le glucose et l'oxygène sont convertis en dioxyde de carbone, en eau et en ATP (un produit chimique qui fournit de l'énergie aux cellules). Voici la formule :

Sujet 6 : Rang taxonomique

La taxonomie est la science de nommer et de classer tous les organismes. Il permet aux scientifiques de voir à quel point différents organismes sont liés et quelles caractéristiques ils partagent. Le rang taxonomique correspond aux sept niveaux dans lesquels les organismes sont classés. Connaître les sept niveaux taxonomiques qui sont (du plus large au plus spécifique) :

Si deux espèces partagent un niveau de rang taxonomique, elles partagent également tous les rangs taxonomiques plus larges au-dessus. Ainsi, si deux espèces appartiennent à la même famille, elles sont également dans le même ordre, classe, embranchement et royaume.

Thème 7 : Génétique

Les informations génétiques que vous devez connaître pour les centres ACT autour desquels les traits sont transmis à la progéniture. Le terme génétique clé à connaître est « allèle ». Les allèles sont des paires de gènes responsables de traits particuliers. Les paires d'allèles peuvent être constituées de deux gènes dominants, de deux gènes récessifs ou d'un gène dominant et récessif. Les gènes dominants sont généralement exprimés en lettres majuscules et les gènes récessifs sont exprimés en lettres minuscules. Ainsi, une paire d'allèles représentée par "Tt" aurait un allèle dominant et un allèle récessif.


MANGER ET AVALER ANORMALEMENT

La dysphagie (déglutition anormale) peut résulter d'une grande variété de maladies et de troubles (tableau 2). 40, 41 Des déficits fonctionnels ou structurels de la cavité buccale, du pharynx, du larynx, de l'œsophage ou des sphincters œsophagiens peuvent provoquer une dysphagie. La dysphagie peut entraîner des complications graves, notamment la déshydratation, la malnutrition, la pneumonie ou l'obstruction des voies respiratoires. Dans la rééducation de la dysphagie, nous considérons comment une anomalie donnée affecte à la fois le passage du bolus et la protection des voies respiratoires.

Tableau 2

Maladies et troubles causant la dysphagie

Tableau 28.2 Causes sélectionnées de dysphagie buccale et pharyngée

Trouble neurologique et accident vasculaire cérébralLésions structurellesTrouble psychiatrique
Infarctus cérébralThyromégalieDysphagie psychogène
Infarctus du tronc cérébralHypertose cervicale
Hémorragie intracrânienneWeb congénitalMaladies du tissu conjonctif
la maladie de Parkinsondiverticule de ZenkerPolymyosite
Sclérose en plaqueIngestion de matière caustiqueDystrophie musculaire
Maladie du motoneuroneNéoplasme
Poliomyélite Causes iatrogènes
Myasthénie grave Résection chirurgicale
Démences Fibrose radique
Médicaments

Palmer JB, Monahan DM, Matsuo K : Réadaptation des patients souffrant de troubles de la déglutition. Dans : Braddom R (Ed) : Médecine physique et réadaptation. Philadelphie : Elsevier, 2006, p. 597-616.

Anomalies structurelles

Les anomalies structurelles peuvent être congénitales ou acquises. La fente labiale et palatine est une anomalie structurelle congénitale. Il gêne le contrôle labial pour la succion, diminue la succion orale et provoque une insuffisance de fermeture vélopharyngée avec régurgitation nasale. La mastication peut être altérée par le sous-bois du maxillaire et le mauvais alignement des dents.

Les ostéophytes cervicaux sont des excroissances osseuses des vertèbres cervicales, fréquemment observées chez les personnes âgées. Ils peuvent rétrécir la voie alimentaire et diriger le bolus vers les voies respiratoires (Fig. 7). 42 Des diverticules peuvent apparaître dans le pharynx ou l'œsophage. Un diverticule de Zenker est un diverticule de pulsion de l'hypopharynx qui se produit à un point faible de la paroi musculaire. Son entrée est située juste au-dessus du muscle cricopharyngé, mais le corps de la poche peut s'étendre beaucoup plus bas. 43 Le bol alimentaire peut pénétrer dans le diverticule et être régurgité vers le pharynx, ce qui peut entraîner une toux ou une aspiration.

Ostéophyte antérieur partiellement obstructif C6-7 (flèche). Il empiète sur la colonne de baryum, rétrécissant la lumière de plus de 50 %.

Des toiles ou des sténoses peuvent apparaître dans le pharynx, l'œsophage ou les sphincters. Ceux-ci peuvent obstruer le passage du bolus et sont généralement plus symptomatiques avec les aliments solides que liquides. Un site commun de rétrécissement est l'UES. Le défaut d'ouverture de l'UES peut être structurel (en raison d'une toile ou d'une sténose) ou fonctionnel (en raison de la faiblesse des muscles qui ouvrent l'UES). 44 Il est difficile de différencier ces conditions, et une dilatation empirique est recommandée. La sténose est fréquente dans le corps de l'œsophage et est souvent liée au reflux gastro-œsophagien. Il est important de considérer le carcinome de l'œsophage dans le diagnostic différentiel, car cette maladie est grave et le traitement peut améliorer à la fois la survie et la qualité de vie.

Anomalie fonctionnelle

Les déficiences affectant la mâchoire, les lèvres, la langue ou la joue peuvent entraver la phase orale ou la transformation des aliments. Une pression de fermeture réduite des lèvres peut entraîner un bave. Une faible contraction de la langue et du voile du palais peut provoquer une fuite prématurée du bolus dans le pharynx, en particulier avec les liquides. En cas de faiblesse des muscles buccaux ou labiaux, les aliments peuvent être piégés dans les sillons buccaux ou labiaux (entre les dents inférieures et les joues ou les gencives, respectivement). Le dysfonctionnement de la langue entraîne une altération de la mastication et de la formation du bolus, ainsi que du transport du bolus. Ceux-ci résultent généralement d'une faiblesse de la langue ou d'une incoordination, mais des troubles sensoriels peuvent produire des effets similaires, notamment une rétention excessive de nourriture dans la cavité buccale après avoir mangé et avalé (Fig. 8).

Débris alimentaires retenus dans le sillon buccal gauche dans la bouche en raison d'une faiblesse musculaire buccale et de déficits sensoriels causés par un accident vasculaire cérébral de l'hémisphère droit.

La perte de dents réduit les performances masticatoires. La mastication peut être prolongée par des dents manquantes, et la taille des particules du bolus trituré devient plus grande en raison d'une efficacité moindre de la mastication. 45 La xérostomie entrave la transformation des aliments, la formation et le transport du bolus pendant l'alimentation. La radiochimiothérapie pour le cancer de la tête et du cou provoque souvent un retard de l'initiation de la déglutition, une diminution du transport pharyngé et une protection laryngée inefficace. 46

Un dysfonctionnement du pharynx peut entraîner une altération de l'initiation de la déglutition, une propulsion du bolus inefficace et la rétention d'une partie du bolus dans le pharynx après la déglutition. Une fermeture vélopharyngée insuffisante peut entraîner une régurgitation nasale et réduire la pression pharyngée lors de la déglutition, ce qui entrave le transport à travers l'UES. La faiblesse de la rétraction de la base de la langue ou des muscles constricteurs du pharynx peut rendre insuffisante la force de propulsion pharyngée, entraînant la rétention de tout ou partie du bol alimentaire dans le pharynx (généralement les vallécules et les sinus piriformes) après la déglutition. Une inclinaison incomplète de l'épiglotte peut obstruer la propulsion du bolus, en particulier avec des bolus de viscosité plus élevée, entraînant une rétention dans les vallécules.

Une mauvaise ouverture de l'UES peut provoquer une obstruction partielle voire totale des voies alimentaires avec rétention dans les sinus piriformes et l'hypopharynx, augmentant le risque d'aspiration après la déglutition. Une ouverture insuffisante de l'UES peut être causée par une rigidité accrue de l'UES, comme dans la fibrose ou l'inflammation, ou par l'incapacité à relâcher la musculature du sphincter, comme indiqué ci-dessus. La faiblesse des muscles suprahyoïdiens antérieurs peut altérer l'ouverture de l'UES, car ces muscles tirent normalement le sphincter ouvert pendant la déglutition.

La dysfonction œsophagienne est fréquente et souvent asymptomatique. Les troubles moteurs oesophagiens comprennent des états d'hyperactivité (par exemple, spasme oesophagien), d'hypoactivité (par exemple, faiblesse) ou d'inccordination de la musculature oesophagienne. 47 L'un ou l'autre peut entraîner un péristaltisme inefficace avec rétention de matériel dans l'œsophage après la déglutition. La rétention peut entraîner une régurgitation du matériau de l'œsophage vers le pharynx, avec un risque d'aspiration du matériau régurgité. Les troubles moteurs œsophagiens sont parfois provoqués par un reflux gastro-œsophagien et, dans certains cas, peuvent répondre à un traitement par inhibiteurs de la pompe à protons.

Protection des voies respiratoires – pénétration/aspiration

La protection des voies respiratoires est essentielle à la déglutition et son échec peut avoir de graves conséquences. La pénétration laryngée est définie comme le passage du matériau transporté de la bouche ou régurgité de l'œsophage dans le larynx mais au-dessus des cordes vocales. En revanche, l'aspiration est définie comme le passage de matériel à travers les cordes vocales (Fig. 9). Une pénétration laryngée est parfois observée chez des individus normaux. L'aspiration de quantités microscopiques se produit également chez des individus normaux. Cependant, l'aspiration visible à la radioscopie ou à l'endoscopie est pathologique et est associée à un risque accru de pneumonie par aspiration ou d'obstruction des voies respiratoires. 48 L'aspiration peut se produire avant, pendant ou après la déglutition. Les cliniciens doivent considérer le mécanisme de l'aspiration si elle est observée à la fluoroscopie ou à l'endoscopie. Les altérations de la protection des voies respiratoires peuvent résulter d'une élévation hyolaryngée réduite, d'une inclinaison épiglottique altérée, d'une fermeture incomplète du vestibule laryngé ou d'une fermeture inadéquate des cordes vocales en raison d'une faiblesse, d'une paralysie ou d'une fixation anatomique. Ces déficiences peuvent conduire à une aspiration, généralement pendant la déglutition. L'aspiration avant la déglutition est généralement causée soit par l'entrée prématurée de liquides dans le pharynx (en raison d'une altération du confinement dans la cavité buccale), soit par l'apparition tardive de la fermeture du larynx après l'injection d'un bolus dans le pharynx. L'aspiration après la déglutition est généralement due à l'accumulation de résidus dans le pharynx après la déglutition. Le produit peut être inhalé lorsque la respiration reprend après l'ingestion.

Images vidéofluorographiques de la pénétration laryngée (A) et de l'aspiration (B) chez des individus dysphagiques avalant du baryum liquide. Les flèches indiquent le bord d'attaque du baryum dans les voies respiratoires.

Les conséquences de l'aspiration sont très variables, allant de l'absence d'effet discernable jusqu'à l'obstruction des voies respiratoires ou une pneumonie d'aspiration sévère. La réponse normale à l'aspiration est un fort réflexe de toux ou de raclement de gorge. Cependant, la sensation laryngée est souvent anormale chez les personnes souffrant de dysphagie sévère. 49 Une aspiration silencieuse, ou une aspiration en l'absence de réponse visible, a été rapportée chez 25 à 30 % des patients adressés pour des évaluations de la dysphagie. 49 , 50 , 51 Plusieurs facteurs déterminent l'effet de l'aspiration chez un individu donné, notamment la quantité d'aspiration, la profondeur du matériau d'aspiration dans les voies respiratoires, les propriétés physiques de l'aspiration (le matériau acide est le plus dommageable pour les poumons, produisant une pneumonite chimique), et le mécanisme de clairance pulmonaire de l'individu. 52 Une mauvaise hygiène bucco-dentaire peut augmenter la charge bactérienne dans l'aspiration, augmentant le risque de pneumonie bactérienne.


Contenu

Physiologie

L'ampoule rectale stocke les déchets fécaux (également appelés selles ou caca) avant qu'ils ne soient excrétés. Au fur et à mesure que les déchets remplissent le rectum et dilatent les parois rectales, les récepteurs d'étirement dans les parois rectales stimulent le désir de déféquer. Cette envie de déféquer résulte de la contraction réflexe des muscles rectaux, du relâchement du sphincter anal interne et d'une contraction initiale du muscle squelettique du sphincter anal externe. Si l'envie n'est pas prise en compte, le matériel dans le rectum est souvent renvoyé au côlon par péristaltisme inverse, où plus d'eau est absorbée et les selles sont stockées jusqu'au prochain mouvement péristaltique de masse du côlon transverse et descendant.

Lorsque le rectum est plein, une augmentation de la pression dans le rectum écarte les parois du canal anal, permettant aux matières fécales de pénétrer dans le canal. Le rectum se raccourcit à mesure que le matériau est forcé dans le canal anal et que les ondes péristaltiques poussent les selles hors du rectum. Les sphincters anaux interne et externe ainsi que le muscle puborectal permettent aux matières fécales d'être évacuées par des muscles tirant l'anus vers le haut sur les matières fécales sortantes. [3]

Contrôle volontaire et involontaire

Le sphincter anal externe est sous contrôle volontaire alors que le sphincter anal interne est involontaire. Chez le nourrisson, la défécation se produit par action réflexe sans le contrôle volontaire du sphincter anal externe. La défécation est volontaire chez l'adulte. Les jeunes enfants apprennent le contrôle volontaire à travers le processus d'apprentissage de la propreté. Une fois entraîné, la perte de contrôle, appelée incontinence fécale, peut être causée par une blessure physique, une lésion nerveuse, des chirurgies antérieures (telles qu'une épisiotomie), une constipation, une diarrhée, une perte de capacité de stockage dans le rectum, une peur intense, une maladie inflammatoire de l'intestin, ou des facteurs neurologiques, l'accouchement ou la mort. [4]

Parfois, en raison de l'incapacité de contrôler ses selles ou d'une peur excessive, la défécation (généralement accompagnée d'uriner) se produit involontairement, souillant les sous-vêtements d'une personne. Cela peut causer une gêne importante à la personne si cela se produit en présence d'autres personnes ou d'un lieu public.

Posture

Les positions et les modalités de défécation dépendent de la culture. Les toilettes à la turque sont utilisées par la grande majorité du monde, y compris la plupart des pays d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient. [5] L'utilisation de toilettes à siège dans le monde occidental est un développement relativement récent, commençant au 19ème siècle avec l'avènement de la plomberie intérieure. [6]

Les selles régulières déterminent la fonctionnalité et la santé des voies alimentaires dans le corps humain. La défécation est la selle régulière la plus courante qui élimine les déchets du corps humain. La fréquence de défécation est difficile à identifier, qui peut varier de quotidienne à hebdomadaire en fonction des habitudes intestinales individuelles, de l'impact de l'environnement et de la génétique. [7] Si la défécation est retardée pendant une période prolongée, les matières fécales peuvent durcir, entraînant une constipation. Si la défécation se produit trop rapidement, avant que l'excès de liquide ne soit absorbé, une diarrhée peut survenir. [8] D'autres symptômes associés peuvent inclure des ballonnements abdominaux, des douleurs abdominales et une distension abdominale. [9] Les troubles intestinaux peuvent avoir un impact sérieux sur la qualité de vie et les activités quotidiennes. Les causes des troubles fonctionnels intestinaux sont multifactorielles et les habitudes alimentaires telles que l'intolérance alimentaire et un régime pauvre en fibres sont considérées comme les principaux facteurs. [dix]

Constipation

La constipation, également connue sous le nom de dysfonctionnement défécatoire, est la difficulté rencontrée lors du passage des selles. C'est l'un des troubles alimentaires les plus notables qui affecte différents groupes d'âge de la population. La constipation commune est associée à une distension abdominale, des douleurs ou des ballonnements. [11] Les recherches ont révélé que la constipation chronique était associée à un risque plus élevé d'événements cardiovasculaires tels que « les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques », tout en s'associant à un risque accru de mortalité. [12] Outre les facteurs alimentaires, les traumatismes psychologiques et les « troubles du plancher pelvien » peuvent également provoquer respectivement la constipation chronique et le trouble de la défécation. [11] De multiples interventions, y compris les activités physiques, le « régime riche en fibres », les probiotiques [13] et les thérapies médicamenteuses peuvent être largement et efficacement utilisées pour traiter la constipation et les troubles de la défécation.

Maladies inflammatoires de l'intestin

La maladie inflammatoire est caractérisée par une inflammation chronique de longue durée dans tout le tractus gastro-intestinal. La maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (CU) sont les deux types universels de maladies inflammatoires de l'intestin qui ont été étudiées depuis plus d'un siècle, et elles sont étroitement liées à différents facteurs de risque environnementaux, génétiques familiaux et mode de vie, de sorte que le tabagisme est considéré comme hautement associés à ces maladies. [14] On découvre que la maladie de Crohn est liée à des troubles immunitaires en particulier. [15] Différents niveaux de lésions intestinales cumulatives peuvent entraîner différentes complications, telles que « fistules, lésions de la fonction intestinale et des symptômes réapparaissent, invalidité », etc. [16] Le groupe de patients peut varier des enfants aux adultes. Les recherches les plus récentes ont révélé que l'immunodéficience et les monogéniques sont les causes des jeunes patients atteints de maladies inflammatoires de l'intestin. [17] Le taux d'apparition continue de se mettre à jour chaque année avec un nombre considérablement accru et les agents pathogènes de la maladie intestinale sont également compliqués en raison de la complexité des organes intestinaux, les maladies intestinales sont diverses en termes de petit et de gros intestin.

Les symptômes courants des maladies inflammatoires de l'intestin diffèrent selon le niveau d'infection, mais peuvent inclure des douleurs abdominales sévères, de la diarrhée, de la fatigue et une perte de poids inattendue. La maladie de Crohn peut entraîner une infection de n'importe quelle partie du tube digestif, y compris de l'iléon à l'anus. [18] Les manifestations internes comprennent la diarrhée, les douleurs abdominales, la fièvre, l'anémie chronique, etc. Les manifestations externes comprennent un impact sur la peau, les articulations, les yeux et le foie. Une « diversité de microbats » considérablement réduite à l'intérieur du tractus gastro-intestinal peut également être observée. La rectocolite hémorragique affecte principalement la fonction du gros intestin et son taux d'incidence est trois fois plus élevé que la maladie de Crohn. [19] En termes de caractéristiques cliniques, plus de 90 % des patients présentaient une diarrhée constante, « des saignements rectaux, des selles plus molles et du mucus, un ténesme et des douleurs abdominales ». [19] Dans le même temps, le patient a également signalé avoir « des arthralgies, une épisclérite et un érythème noueux ». [19] Les symptômes peuvent persister pendant environ 6 semaines ou même plus.

Les maladies inflammatoires de l'intestin pourraient être traitées efficacement par des « pharmacothérapies » pour soulager et maintenir les symptômes, qui se sont manifestés par la « cicatrisation des muqueuses » et l'élimination des symptômes. [20] Cependant, une thérapie optimale pour guérir les deux maladies inflammatoires est encore à l'étude en raison de l'hétérogénéité des caractéristiques cliniques. [20] Bien que la CU et la MC partagent des symptômes similaires, leur traitement médical est distinctement différent. [20] Le traitement diététique peut être bénéfique pour guérir la MC en augmentant l'apport alimentaire en zinc et en poisson, ce qui est lié à la cicatrisation des muqueuses de l'intestin. [15] Les traitements varient du traitement médicamenteux à la chirurgie en fonction du niveau actif de la MC. La CU peut également être soulagée en utilisant un traitement immunosuppresseur pour le niveau de maladie léger à modéré et l'application d'agents biologiques pour les cas graves. [19]

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est diagnostiqué comme un trouble intestinal avec des douleurs abdominales chroniques et une incohérence dans la forme des selles, et est une maladie intestinale courante qui peut être facilement diagnostiquée dans la société moderne. [21] La variation du taux d'incidents peut s'expliquer par différents critères de diagnostic dans différents pays, le groupe d'âge 18-34 ans étant reconnu comme le groupe d'incidents à haute fréquence. [21] La cause définitive du syndrome du côlon irritable reste un mystère, mais il s'est avéré qu'elle est liée à de multiples facteurs, tels que « l'alternance de l'humeur et de la pression, les troubles du sommeil, les déclencheurs alimentaires, le changement de dysbiose et même le dysfonctionnement sexuel ». [21] Un tiers des patients atteints du syndrome du côlon irritable ont des antécédents familiaux avec la maladie, ce qui suggère que la prédisposition génétique pourrait être une cause importante du syndrome du côlon irritable. [22]

Les patients atteints du syndrome du côlon irritable ressentent généralement des douleurs abdominales, des modifications de la forme des selles, des ballonnements abdominaux et des gaz récurrents, [22] des troubles comorbides et une alternance des habitudes intestinales qui ont causé diarrhée ou constipation. [21] Cependant, l'anxiété et la tension peuvent également être détectées, bien que les patients atteints d'une maladie du côlon irritable semblent en bonne santé. En dehors de ces symptômes typiques, les saignements rectaux, la perte de poids inattendue et l'augmentation des marqueurs inflammatoires nécessitent un examen médical et une investigation plus poussés. [21]

Le traitement de la maladie du côlon irritable est multimodal. L'intervention diététique et les pharmacothérapies peuvent toutes deux soulager les symptômes dans une certaine mesure. Éviter les groupes d'aliments allergiques peut être bénéfique en réduisant la fermentation dans le tube digestif et la production de gaz, soulageant ainsi efficacement les douleurs abdominales et les ballonnements. [21] Les interventions médicamenteuses, telles que les laxatifs, le lopéramide, [21] et la lubiprostone [22] sont appliquées pour soulager les symptômes intenses, notamment la diarrhée, les douleurs abdominales et la constipation. Un traitement psychologique, des compléments alimentaires [21] et une hypnothérapie centrée sur l'intestin [22] sont recommandés pour cibler la dépression, les troubles de l'humeur et les troubles du sommeil.

Une occlusion intestinale

L'occlusion intestinale est une affection intestinale qui est un blocage qui peut être trouvé à la fois dans l'intestin grêle et le gros intestin. L'augmentation des contractions peut soulager les blocages, cependant, des contractions continues avec une fonctionnalité décroissante peuvent conduire à la fin de la mobilité de l'intestin grêle, qui forme alors l'obstruction. Dans le même temps, l'absence de contractilité favorise l'accumulation de liquide et de gaz. [23] et « perturbations électrolytiques ». [24] L'obstruction de l'intestin grêle peut entraîner de graves lésions rénales et une hypovolémie. [24] en évoluant vers une « ischémie et perforation muqueuses ». [23] Les patients présentant une occlusion intestinale grêle présentaient de la constipation, de l'étranglement, des douleurs abdominales et des vomissements. [23] L'intervention chirurgicale est principalement utilisée pour guérir une grave occlusion intestinale. Le traitement non opératoire incluait la « décompression de la sonde nasogastrique », le « procédé à produit de contraste soluble dans l'eau » ou la prise en charge symptomatique peut être appliqué pour traiter des symptômes moins graves [23]

According to research, large bowel obstruction is less common than small bowel obstruction, but is still associated with a high mortality rate. [25] Large bowel obstruction, also known as colonic obstruction, includes acute colonic obstruction, where a blockage is formed in the colon. Colonic obstructions frequently occur within the elder population, often accompanied by significant 'comorbidities'. [26] Although colonic malignancy is revealed as the major cause of the colonic obstruction, 'volvulus' has also been founded as a secondary common cause around the world. [25] In addition, lower mobility, unhealthy mentality and restricted living environment are also listed as risk factors. Surgery and colonic stent placements are widely applied for curing colonic obstructions. [27]

Autre

Attempting forced expiration of breath against a closed airway (the valsalva maneuver) is sometimes practiced to induce defecation while on a toilet. This contraction of expiratory chest muscles, diaphragm, abdominal wall muscles, and pelvic diaphragm exerts pressure on the digestive tract. Ventilation at this point temporarily ceases as the lungs push the chest diaphragm down to exert the pressure. Cardiac arrest [28] and other cardiovascular complications [29] can in rare cases occur due to attempting to defecate using the valsalva maneuver. Valsalva retinopathy is another pathological syndrome associated with the Valsalva maneuver. [30] [31] Thoracic blood pressure rises and as a reflex response the amount of blood pumped by the heart decreases. Death has been known to occur in cases where defecation causes the blood pressure to rise enough to cause the rupture of an aneurysm or to dislodge blood clots (see thrombosis). Also, in releasing the Valsalva maneuver blood pressure falls this, coupled with standing up quickly to leave the toilet, can result in a blackout. [ citation requise ]

Open defecation

Open defecation is the human practice of defecating outside (in the open environment) rather than into a toilet. People may choose fields, bushes, forests, ditches, streets, canals or other open space for defecation. They do so because either they do not have a toilet readily accessible or due to traditional cultural practices. [32] The practice is common where sanitation infrastructure and services are not available. Even if toilets are available, behavior change efforts may still be needed to promote the use of toilets.

Open defecation can pollute the environment and cause health problems. High levels of open defecation are linked to high child mortality, poor nutrition, poverty, and large disparities between rich and poor. [33] ( p11 )

Ending open defecation is an indicator being used to measure progress towards the Sustainable Development Goal Number 6. Extreme poverty and lack of sanitation are statistically linked. Therefore, eliminating open defecation is thought to be an important part of the effort to eliminate poverty. [34]

Anal cleansing after defecation

The anus and buttocks may be cleansed after defecation with toilet paper, similar paper products, or other absorbent material. In many cultures, such as Hindu and Muslim, water is used for anal cleansing after defecation, either in addition to using toilet paper or exclusively. When water is used for anal cleansing after defecation, toilet paper may be used for drying the area afterwards. Some doctors and people who work in the science and hygiene fields have stated that switching to using a bidet as a form of anal cleansing after defecation is both more hygienic and more environmentally friendly. [35]

Mythology and tradition

Some peoples have culturally significant stories in which defecation plays a role. Par exemple:


8 Things Your Breasts Might Be Trying To Tell You

Are your breasts trying to get your attention, but you're just not listening? You may only pay attention to your breasts when you're either really cold or about to start your period — well, and during sexytimes, of course. There are actually things your breasts are trying to tell you that can be pretty important, though. Specifically, pain in your breasts can be a good barometer for you overall health believe it or not, breast pain can signal anything from hormone changes to arthritis to cancer. On the other hand, your breasts could just be telling you that you need to improve your posture, ease up on your workouts, or get a better bra. No matter what the reason, ongoing breast pain isn't something you should ignore.

The most common type of breast pain is cyclical breast pain, or pain, swelling, and tenderness that worsens during certain points in your menstrual cycle, according to the The Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada. That type of breast pain can usually be alleviated with birth control pills or pain relievers and a heating pad. While you should talk to your doctor about it, it's usually nothing to stress about. Non-cyclical breast pain and breast wall pain are the two other types, and they're usually they types associated with more serious health conditions. Your yearly breast exam is a great time to talk to your doctor about breast health. It could be that the girls are trying to tell you something specific, such as one of the points below.

1. You Drink Too Much Caffeine

Science is mixed about the link between caffeine and breast health. Even though according to The Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada, decreasing caffeine intake can sometimes help reduce swelling in breasts even though, scientists have found no direct link between breast pain and caffeine. Still, it's worth a try if you really can't figure out what's wrong.

2. You're Not Getting Enough Support

According to the Doctor Susan Love Research Foundation for Breast Health, bras that both don't fit well and don't offer good support can lead to breast problems, especially breast pain. A good-fitting bra should not ride up your back, cut into your shoulders, squish your breasts or fit too loosely.

3. Your Thyroid Is Out Of Whack

Hypothyroidism, or an underactive thyroid, sometimes presents as breast tenderness, according to Thyroid.org. You are more likely to also experience symptoms such as weight gain, menstrual irregularities, skin changes, and fatigue.

4. You're Exercising Too Hard

One in three women experience breast soreness or tenderness related to exercise, according to Women's Health. For some women, it's a result of a too-vigorous workout routine. Most of the time, however, it's just related to improper breast support. If your workout routine involves a lot of breast bouncing, make sure you have a sports bra that can take the heat.

5. You Have A Nutritional Deficiency

According to the Doctor Susan Love Research Foundation for Breast Health, increasing your intake of vitamin B6, vitamin B1, and vitamin E may offer relief for breast pain. Sutter Health recommends breast pain patients take calcium and Vitamin E supplements. Talk to your doctor before you start adding these or any other supplements to your diet.

6. You Have Arthritis

Arthritis in your boobs? It sounds odd, I know. But if you have sharp or burning pain in your breasts or in your breastbone area, you could have a form of arthritis known as costochondritis, according to U.S. News & World Report. This pain can feel like a heart attack or injury, as well, and is usually chronic. It's linked to bad posture, so listen to your mom when she tells you to sit up straight.

7. You Eat Too Much Salt

For some women, high salt intake causes water retention, which can lead to breast pain and swelling. according to Sutter Health, which recommends cutting back on salt and increasing water intake to alleviate symptoms. Takeout Chinese food and processed foods in cans and packages tend to be high in sodium. Basically all of the best foods. But all things in moderation.

8. You Have A More Serious Underlying Health Problem

According to the U.S. National Library of Medicine, there are more than a dozen serious health problems that have breast-related symptoms. These health problems range from mastitis, an infection of the breast tissue, to breast cancer.

While your breast pain could just be cyclical, or the common type that accompanies your menstrual cycle, prolonged or intense breast pain isn't something you should ever ignore, as it could be your body's way of telling you that you need to make some changes or seek medical treatment. So don't ignore your breasts when they're trying to get your attention!


Osteomalacia (Vitamin D deficiency)

Vitamin D deficiency is probably more common than once suspected — at least 1 in 20 people in the lowest estimates,18 and possibly many more.19 Vitamin D deficiency can cause subtle widespread pain that may be misdiagnosed as fibromyalgia and/or chronic fatigue syndrome. Most notably for the purposes of this article, it can cause bone aching, particularly in the back, that is worse at night (for no clear reason). Naturally, any night pain that doesn’t actually wake you up is often noticed upon waking.

This symptom is caused by osteomalacia, which is bone weakening from malfunctioning bone building biology. The Mayo Clinic describes osteomalacia symptoms like so: “The dull, aching pain associated with osteomalacia most commonly affects the lower back, pelvis, hips, legs and ribs. The pain may be worse at night, or when you’re putting weight on affected bones.”

Other symptoms of vitamin D deficiency include: fatigue and weakness, lower pain threshold, and more acute soreness after exercise that is slower to resolve, sweating, and depression. For more information, see Vitamin D for Pain.


Why you should NEVER drink water standing up

There is nothing like water to quench your thirst. It plays a key role in keeping you hydrated and just so you know, there are a lot many health problems and other related illnesses (and even weight issues) which can be solved if you just keep up with the intake of water on a regular basis. For ideal health, it is important that you have at least 8 glasses of water every day.

02 /9 Here is why you should NOT stand and drink water!

We all have the habit of getting home and drinking water right away, often standing. Since we all believe that there is nothing wrong that water can do, we don't give it a though how we are having it - standing or sitting. Well, wake up to the reality. When you have water standing up, you don't get the required nutrition. Shocked? Water, if not consumed in the right manner, can be very bad for you and put you at risk of potential health problems.

03 /9 This is what Ayurveda says

According to Ayurveda, our bodies are designed in a way so that we get maximum benefits when we sit down and exercise our body. That is why, there is a reason why our elders have always told us to sit down and eat and do the same while we drink water!

04 /9 Consume it the right way

There is actually a right way to have water to detoxify the body and gain all the nutrients and minerals. It is important to remember that our body, though made up of 70% water, loses so much of it everyday, it is crucial to fill up on the quantity and hence, it matters that you consume it the RIGHT WAY. And no, it cannot be achieved when you stand up and drink! Wondering why? We tell you.

05 /9 Slow down!

When you drink water standing up, the water which goes in passes through the system with a straight gush, not really reaching the organs where it is supposed to do the job. Hence, the impurities which are supposed to go out get deposited in the kidneys and the bladder. Wellness coach and fitness enthusiast Nikita Parmar also shared a post which highlighted some of the dangers of standing up and drinking water.

06 /9 Don't trigger the nerves!

Standing up and drinking water makes the body out of sync with nature and triggers the nervous system, making it feel it is facing danger. The nutrients really go waste this way and your body is bound to face stress or any tension.

07 /9 It doesn't really quench your thirst!

And worst, drinking water this way doesn&rsquot actually quench your thirst. Since the water goes directly through, the requires nutrients and vitamins don&rsquot reach the liver and digestive tract. This is because when you stand and drink water, it travels through the system really fast and you risk your lungs and heart functions. The oxygen levels also get disturbed this way.

08 /9 How you drink water affects your posture

This, in turn, can also put bones and joints at risk as the water gushes down the body. You can also experience joint pain, bone degeneration and weakness. Thus, the speed of chugging water down and how you drink it has an important role to play.

09 /9 Drink your water sitting down!

Hence, there is a very valid reason to sit down and gulp your water, the same way it is recommended that you sit down and have your meal. Our bodies are designed in a way that you get maximum health benefits when you sit down and keep your back erect. When you drink your water from a bottle or a glass sitting down, the nutrients reach the brain and boost its activity. It also aids better digestion this way and ensures that you don&rsquot feel bloated after having water. Drinking water this way passes through the regular designed track and ensures all the benefits are achieved in the organs. Toxins go away, impurities are flushed out and your health improves overall!


Les références

  1. Harper’s Illustrated Biochemistry, 31 st Edition.USGS.Archivedfrom the original on 9 July 2017. Retrieved 27 June 2017.
  2. Reece, Jane B. (31 October 2013). Campbell Biology (10 ed.).Pearson. p. 48.ISBN9780321775658.
  3. Ball, Philip (2008).“Water: Water—an enduring mystery”. La nature.452(7185): 291–2.Bibcode:2008Natur.452..291B.doi:10.1038/452291a.PMID18354466
  4. Kotz, J.C., Treichel, P., & Weaver, G.C. (2005). Chemistry & Chemical Reactivity. Thomson Brooks/Cole.ISBN978-0-534-39597-1.


Voir la vidéo: kuinka juoda vettä tyhjään vatsaan aamulla jälkeen nukkumaan ja parannuskeinoa ummetus, gastriitti? (Décembre 2021).